14 février 2020

On nous courtise

De quartier enclavé, nous passerons dans les prochaines années à la densification, merci REM surgi comme un diable de sa boîte de Pandore. Les agents d'immeuble se multiplient, déposent cartes d'affaires, de Noël, calendriers, et voici ce que le facteur a distribué hier:

Pour une surprise...
Je l'ajoute à ma liste.

09 février 2020

Lune

La lune est si brillante ces jours-ci...
la température s'incline devant elle...
hier
un peu plus...
ce matin
et se redresse à présent.
Depuis décembre, je lis à voix haute La trilogie de la lune, de Johan Heliot. Dans le deuxième tome, ce passage
On se presse dans le salon de thé, but de la désormais traditionnelle promenade qui conduit du nid d'aigle – le chalet construit un peu plus haut au sommet de la montagne – au pavillon enfoui dans la végétation. Là, le Chancelier reçoit ses invités, au terme d'une pérégrination qu'il effectue en solitaire, sous la surveillance discrète d'une poignée de gardes armés. Les autres locataires du Berghof suivent le sentier cinquante pas en arrière de leur hôte célèbre. Car aujourd'hui, Adolf Hitler ne prendra pas seul la collation que les domestiques préparent ordinairement à son usage exclusif, avant de s'éclipser pour le laisser jouir de la sérénité ambiante en toute tranquillité. 
in La lune n'est pas pour nous 2005
m'a rappelé les deux romans basés sur l'expérience de Margot Woelk, l'un par une Italienne

 - C'est quoi, le thé de la nuit? demanda l'Enragée.
 - Un moment entre amis tard le soir. Le chef boit un thé ou un chocolat chaud. Il est fou de chocolat. Les autres s'enfilent du schnaps en veux-tu en voilà. On ne peut pas dire que ça lui plaise, il le tolère.
 La goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino 2019 Albin Michel  
et celui de 2018 par un Américain
That will go on until midnight, or later, when we may be called in for tea. 
           ...
...trip to the Teahouse. It was my first visit. I had seen it once from the terrace that ran along the north and west sides of the Berghof.
...
The Teahouse, less than a kilometer from the Berghof, soon came into view. It was like a miniature castle planted on a rocky hillside. The path ended at stone steps to its door. Karl had a key because the kitchen staff was so often called to serve there.     ...
“It’s quite charming. Hitler relaxes here and invites others to join him. He’ll be down later.”
A round table decorated with flowers and set with silk tablecloths, sparkling china and polished silver sat near the middle of the room. Plush armchairs decorated in an abstract floral pattern of swirling bellflowers added to the medieval atmosphere of the turret. A kitchen and offices lay behind this large circular room.
 ...
The massive one with the view of the mountains was reserved for Hitler and his guests. Bavarian crèmes, cookies and apple cake, the Führer’s favorite, were displayed on fine china. Orderlies stood ready to serve the treats to the crowd. 
... 
I had a fantasy of pushing him off the walking trail he loved so much that led to the Teahouse.  
  The Taster de V.S. Alexander 2018

07 février 2020

Désabonner

Il y a longtemps que j'ai cessé de m'abonner à des périodiques, au moins 20 ans, probablement quand j'ai jeté (le recyclage n'était pas une option à l'époque) les magazines du siècle dernier. J'achète à la pièce les rares revues consacrées au thé, quand je peux les trouver imprimées.
J'ai résolu de me désabonner de certaines infolettres plus commerciales qu'informatives.  7 jusqu'à maintenant. 
Je me penchais sur F&M quand j'ai reçu leur offre de désabonnement partiel pour tout ce qui touche à la fête des mères. 

Je n'ai pas souvenir que l'offre ait été faite pour Noël ni pour la St-Valentin, mais c'est déjà un pas dans la bonne direction. Ce sont toutefois leurs nouvelles vitrines
qui m'ont rappelé combien j'aime leurs infolettres et admire la maestria de leurs concepteurs. Heureusement, un océan me sépare des tentations.
Et pour ce qui est d'informer, Bella de Tregothnan remporte la palme aujourd'hui:
les magnolias de Tregothnan annoncent le printemps en Cornwall et peut-être un First Flush avant Darjeeling.
7 février 2020 branche de magnolia dans le coin inférieur droit
Je reçois des alertes gg "thé" à deux adresses courriel différentes: l'une accumule des tas de liens vers des articles en français, souvent pertinents, alors que l'autre ramasse n'importe quoi ou presque... le kinkéliba me l'a fait conserver il y a deux jours, mais ce matin, en apprenant par la presseca l'ouverture d'un xème Angelina à New York fin mars, et ne trouvant rien à ce sujet dans les alertes gg "thé", j'ai supprimé ce maillon faible.
Et de 8!

05 février 2020

Fais ce que dois

Avant la bordée de neige annoncée pour les deux prochaines journées, j'ai donné une deuxième chance au pu erh reçu en août 2019.
L'ayant trouvé si fade la première fois, j'ai augmenté la quantité de feuilles en détachant, avec les doigts, ce qui a bien voulu quitter le morceau que S avait extrait de sa brique achetée en Chine, je ne sais en quelle année.
Même gaïwan, eau bouillante, 30 secondes en tout (c'est-à-dire depuis la première goutte d'eau versée sur le bloc de feuilles jusqu'à la dernière de l'infusion transvidée dans la tasse en verre).
flash
Liqueur nettement plus foncée pour les mêmes 30 secondes.
sans flash
Odeur nettement plus présente... aigre, je dirais.
Goût plus présent aussi... malheureusement.
Encore cette échauffaison (terme un peu fort) de la langue vers la gorge, qui dure moins mais revient à la gorgée suivante, si petite soit-elle.
Cette fois, je finis cette première infusion, devoir oblige.
La deuxième sera d'une minute en tout (voir plus haut).

Encore plus foncée.
Encore plus prégnante,
même à cette distance, j'ai envie de la fuir.
J'en sirote quelques gorgées, je me retiens de me pincer le nez en penchant la tasse (ce que j'ai fait quand ma tante religieuse avait insisté pour qu'au moins je goûte à  une tranche de concombre). Une heure plus tard, l'échauffaison dans la cavité buccale perdure toujours, et je voudrais me savonner les deux narines pour me débarrasser de cette odeur.

Il n'y aura pas de troisième essai, ni avec ces feuilles, ni avec ce qu'il en reste dans la boîte.
Sans doute suis-je plus sensible à certaines odeurs - combien de gens me disent que le concombre ne sent rien -, c'est pourquoi je vais éventuellement le proposer à F, depuis trois ans en Chine (son employeur a jugé bon de l'éloigner à Taïwan dès le début de l'épidémie, et le rapatriera à Qcville si elle empire).



29 janvier 2020

Propice

La pression barométrique est stable,
j'estime le temps favorable à l'essai du thé reçu en août d'un de ses anciens étudiants. 
pu-erh du Yunnan et gaïwan trYen
Je n'ai mal nulle part, mon repas est fini depuis deux heures, et j'ai soif: la table est mise pour une dégustation la moins biaisée possible.
Aucune odeur de feuilles mortes ni de sous-bois, camphre et fumier absents aussi. En fait, mon nez ne capte pas grand chose et ça me rassure.
En sortant le morceau, je constate avec soulagement que je n'aurai pas à gosser dessus car il y a déjà des miettes au fond de la boîte de métal. 
J'en verse quelques-unes dans le couvercle du gaïwan
que je viens de laver et d'y repérer une nuance verte 
dans sa glaçure que je croyais toute brune.
Le chrono est en  mode ascendant, je le démarre en commençant à verser l'eau bouillante sur les feuilles,  je commence à transvider
 dès qu'il atteint 31 secondes et l'arrête quand toute la liqueur est dans la tasse transparente.
gaïwan très facile à manipuler
Liqueur légèrement jaune, à peine odorante. 
J'attends qq minutes avant de siroter à très petites gorgées: goût à peine perceptible, est-ce ce qu'on appelle "délicat"? Ça frôle l'absentéisme, concluons que j'aurais peut-être dû rincer les feuilles, je verse donc au compostage ce qui reste dans ma tasse.
Pour la deuxième infusion, le minuteur part de 2 minutes et il reste 8 secondes quand je l'arrête avec la dernière goutte transvidée dans la tasse.
Le jaune est plus affirmé, très limpide,
 à peine plus parfumé pourtant, et je ne goûte guère plus. 
Il s'est écoulé une demi-heure depuis la première infusion quand je commence à rédiger. 
Et curieusement, malgré l'absence de goût identifiable, une sensation se développe dans la bouche, et après une autre demi-heure, je vais finir ce qui reste dans la tasse, bien froid à présent, sans percevoir plus de goût, mais toujours cette chaleur qui me tapisse la cavité buccale. Et qui perdure. Long en bouche, c'est sûr.
Le dépliant qui accompagnait le thé est en chinois d'un bout à l'autre, exception faite de l'adresse internet. Un texte anglais était joint, sur l'origine ("Pu-Erh Tea only grows in Yunnan"), sur les variétés crue et cuite, sur les bénéfices qu'on lui attribue ("aids digestion, calms the stomach......................."), sur son authenticité ("improves in taste and value as its ages... produces a bright red-yellowish liquid... characterized as sweet, fine, mellow, thick and scented. If tea tastes tingled, sour bitter, dry, impure, moldy, or strange, it harms instead of benefits the health.")
Peut-être que "les belles n'ont pas tout donné", pour citer La Théière nomade, mais elles iront au compost.

J'ai faim, à présent: ce thé a-t-il "facilité la digestion" (qui ne s'annonçait pas difficile)? Ne serait-ce pas plutôt l'heure de la collation? Le soleil baisse.
Pour l'instant, pas d'effets secondaires indésirables et si je n'ai pas à en déplorer, je réessaierai en augmentant la quantité de feuilles, malgré ce qu'en disait le transporteur qui y a goûté  préparé par le donateur.

Et ce billet me permet de rayer un élément de ma liste en page 6 du bujo;-)

08 janvier 2020

Le premier, c'est la meilleure

date pour établir des résolutions et les tenir, d'après Derek (mon youtubeur scientifique préféré) qui s'appuie sur des recherches évidemment. 
Les écrire aide aussi, selon lui.
J'ai vérifié ce qu'il en était ici et... je n'ai guère tenu. 
J'ai continué d'acheter des livres touchant au thé sans les critiquer.
Je n'ai pas eu de nouveaux théiers malgré mes efforts pour en trouver.
Et mes étagères de théières n'ont pas été époussetées depuis 2012.
Devant la faillite des résolutions, le BJ d'Angela lundi m'a rappelé celui de Solange te parle, qui le tenait depuis un an en 2016, bujo maintenant, et j'ai suivi les bases toutes simples de son créateur, en déterrant le premier cahier vierge qui jaunissait qq part, 
et en saisissant le premier stylo que je veux voir vide et débarrasser; ignoré l'instrument pour tirer des traits, et malheureusement croisé ses symboles · • ‐  > ⁎ avec d'autres aperçus ici et là, ce qui fait une première semaine désordre mais je rectifierai.
Je n'y mettrai pas les thés bus chaque jour car il y a déjà 6 ans que je les note dans ces carnets reçus de Fille Aînée.
Par contre, je pourrais indexer une liste de ceux que je devrais essayer 
p.6 "Dans la continuité", dit Solange
et en faire migrer >un de temps en temps vers une semaine, puis un jour, comme j'ai déjà dû pratiquer cette opération ce midi car la migraine a frappé à 9h55.
Comme le dit Derek, des résolutions trop grosses ou trop vagues (genre: essayer tous les thés reçus) n'aboutissent pas. Il faut aussi soutenir la volonté en changeant l'environnement, il donne l'exemple en supprimant les réseaux sociaux de son cellulaire. Je pourrais l'imiter en effaçant les jeux du pad - le rapport hebdomadaire révèle 2 à 3 heures d'utilisation par jour, et lapresse+ ne me prend guère qu'une vingtaine de minutes là-dessus, mais je passe tout ce temps debout et, dès que le journal est lu, j'écoute un livre audio en jouant, ce que je vais continuer de faire immodérément.
Ce billet me fait ajouter un deuxième . dans la colonne B2 en page 3, celle du mois de janvier de mon bujo.