13 décembre 2018

Clocher


Comme dans querelle? C'est l'impression que m'a donné ce récent article
“And we’re not saying they were copying us in Boston, that they were taking their cues from us,” Beyer added. “But let’s just say that the news of the tea burning in Lexington appeared in the Boston newspapers on the morning of December 16th.”
paru à l'occasion de la 7e reconstitution du thé brûlé à Lexington le 13 décembre 1773.
La première date de 2012, l'année qui a vu l'ouverture du Boston Tea Party Museum qui offre à ses visiteurs de lancer une caisse de thé à l'eau.
D'ailleurs pour le 245e anniversaire de l'événement, les Américains étaient invités, de septembre au 1er décembre, à envoyer du thé
HOW TO SEND TEA: Send dried loose leaf tea (NO used tea bags)
 - en feuilles, aucun sachet usagé - pour la grande reconstitution du dimanche 16 décembre. 
A-t-on prévu, le lendemain de cette fête, d'aller battre le thé flottant dans le port afin d'assurer sa destruction
Que ce soit par l'eau ou par le feu, je compte sur les écologistes locaux pour protester contre ces pollutions, ce gaspillage sous prétexte d'histoire patriotique.


05 décembre 2018

Canne craquante

Un autre thé saisonnier commandé pour en ajouter au calendrier de l'avent que je livre quotidiennement à ma voisine qui en est - peut-être? sans doute? les spécialistes ne font pas de pronostic malgré son stade 4 - à son dernier Noël. 
Canne craquante de Davids Tea
Devant l'aspect brumeux de la liqueur, j'hésite à remplir les deux sachets fournis... 
Oh, qu'importe qu'elle le boive ou non, elle pourra toujours croquer le chocolat blanc qui parsème ce thé noir. Ce sont eux qui fournissent la saveur de menthe ET qui troublent l'infusion. Amusant, celui-là aussi.
Les flocons sont d'une autre nature, n'ont pas complètement fondu en cinq minutes d'infusion, il a fallu une deuxième eau bouillante pour les rachever.

03 décembre 2018

Briller de mille feux

L'arbre est suspendu
Picasa ne communique plus avec Blogger, impossible de montrer la photo redressée

Vesta a reçu une nouvelle soucoupe (merci, Ember!)
son voyant lumineux restait rouge depuis une semaine
 et garde à nouveau ma deuxième tasse de thé matinal à la meilleure température.
Et j'ai reçu ce matin, en plus du gâteau velours rouge, ce thé 
Briller de mille feux de David's Tea
qui est, je crois, disponible seulement à l'approche des fêtes. Mélange étonnamment équilibré de cannelle et de clou de girofle.

24 novembre 2018

Jour à marquer d'une pierre noire

Je me faisais une joie d'expédier ces balances postales - mon frère m'en a donné une en août et comme il retournait à ce  magasin la semaine dernière, je lui ai fait rafler les 20 qui restaient - quand ce même frère m'alerte ce matin: une enveloppe de 40 g est revenue chez lui alors que l'engin qui paraissait si précis pointe à 30g. L'écart n'est pas négligeable.
J'ai donc ressorti la balance électronique, 100 fois plus coûteuse, achetée en avril 2003 à l'autre bout de la ville, pour m'assurer de la fiabilité de chacune

avant de les offrir aux amateurs de thé.  Déjà avec l'enveloppe, la différence apparaît,
moins de 2 g
2.3 g
moins d'un demi-gramme
.6 g

ainsi qu'avec le sachet de thé vide. Ça empire en y ajoutant une cuillerée de thé.
Le patenteux de la maison m'assure que ce serait facilement ajustable mais je ne vais pas l'écouter sacrer en gossant sur vingt bébelles imprécises.

Pour assombrir cette journée, j'ai malheureusement eu raison, dès octobre, en rappelant au facteur - le premier dont nous connaissons le nom dans les dix dernières années, Postes Canada s'appliquant à les changer rapidement de "routes", et qui se souvient des nôtres, avons-nous constaté un matin que nous le croisions dans les rues voisines - que les sept derniers conflits postaux ont été réglés par loi spéciale. Sa confiance s'appuyait sur le récent jugement déclarant inconstitutionnelle la dernière, celle de 2011 quand les Postes ont lockouté ET barré toutes les boîtes aux lettres. Or, une 8e loi spéciale vient d'être adoptée cette nuit pour forcer le retour à la normale, c'est-à-dire la cessation des grèves tournantes qui, paraît-il, mettaient l'économie du pays en péril, à l'approche des "fêtes".

J'ai vu rouge ce matin
cardinal sur magnolia


18 novembre 2018

Journée parfaite

-10 degrés C, vent piquant du NO, avec rafales, le tout à affronter avec parka, mitaines, bandeau. Et bottes, pour la chaleur car les trottoirs étaient secs, entre la pluie du mardi et la neige annoncée pour le vendredi. Un temps idéal selon nos critères, même si Fille Aînée a dû retirer son manteau dans le métro pour supporter le trajet d'une demi-heure. Qui s'est fait sans interruption, toujours une bonne raison de se réjouir.
Nous allions essayer LE PARLOIR, un salon de thé qui offre l'afternoon tea à l'anglaise depuis presque cinq ans. La plus récente critique, de 2017, très complète avec photos, video, et description minutieuse, est encore valable, comme nous l'avons constaté avec plaisir. Je présente ici les différences avec notre expérience.
Malgré que nous ayions franchi la porte d'entrée une heure avant celle de notre réservation logée la veille (l'avenue du Mont-Royal qui mène de la station de métro à la rue Christophe-Colomb a bien changé depuis L'Aromate et Bleu caramel, au siècle dernier et rien n'a retenu nos pas), il restait deux petites tables libres et nous avons pu étudier tout à loisir les échantillons de thés 
L'eau fraîche est servie d'emblée, un bon point
pour fixer notre choix sur le chaï épicé pour Fille Aînée et le Margaret's Hope pour moi.
Ils nous ont été apportés avec sabliers et bols pour y déposer les filtres une fois les feuilles infusées à notre goût. 

J'ai dû demander les tasses dans lesquelles verser le thé, qui était à ce moment-là prêt à boire, en terme de température et aussi en considérant le temps d'évacuation avant de reprendre le transport collectif.
Nos plateaux à trois étages ont trouvé place sur notre petite table ronde

 et après avoir mangé nos scones illico pendant qu'ils étaient encore tièdes, avec crème du Devon et confitures de fraise et d'ananas, nous avons échangé des moitiés de sandwichs car j'avais pris la version végétarienne et ai donc donné du savoureux végépâté, hummus, tofu, champignons, contre les classiques  jambon, saumon fumé, et plus rares canard et  foie gras. Concombre était commun aux deux déclinaisons de l'heure du thé. Verrine au fruit de la passion avant de passer aux bouchées sucrées, qui le sont juste assez pour couronner ce repas, qui nous a suffi jusqu'au lendemain.
Le petit local était presque plein à notre arrivée, il y a eu un va-et-vient, ce qui a agréablement surpris la propriétaire, qui souhaiterait être aussi occupée en semaine que les samedis et dimanches, quand les événements privés remplissent l'établissement. Qui fêtera ses 5 ans le 14 mars 2019. 
La nuit était tombée 
Le Parloir coin Christophe-Colomb et Marie-Anne
avant que nous quittions ce cocon douillet pour affronter l'heure de pointe du métro, le ventre et le coeur également satisfaits.

03 novembre 2018

Un peu tôt

Dès la mi-octobre, il en était question. Avant l'Halloween. Quoi qu'il en soit, la course vers Noël est commencée et les calendriers de l'avent sont déjà offerts.
Ce site en présente six:   Palais des thés, Damman Frères, Compagnie coloniale, Betjeman et Barton, English Tea Shop, Nature et Découvertes.
Celui-ci a une longue liste incluant plusieurs Etsy, les trois DavidsTea, Tea Pigs, T2, deux Fortnum and Mason, Tea Revv.
Theodor en offre deux modèles.
Twinings  est-il déjà épuisé ou ne l'a pas encore reçu?
Tea Farm expédiera les commandes dès le 5 novembre.
J'ai encore tout un mois pour retrouver  ma boîte de boules à thé et décider où les suspendre une fois remplies de leur action du jour. C'est , selon moi, le meilleur usage pour ces objets de fantaisie, plus ludiques qu'utiles.

02 novembre 2018

Formule

- Bonjour, Alice, me salue-t-elle en sortant de la kitchenette.
Elle porte un plateau sur lequel une théière fumante et un bol en grès m'attendent. J'assiste à cette scène tous les matins, invariablement. Dans un rituel bien ficelé, Mei-Lin va le déposer sur mon bureau, insister pour me servir, et attendra que je porte la tasse à mes lèvres pour disparaître. Il n'y a rien de plus important que le service du thé pour Mei-Lin.
 -Je le dépose sur votre bureau.
...
- Très bien. Je vous refais du thé?
Je lui souris.
 - Non merci, Mei-Lin. Par égard pour ma vessie, il ne vaut mieux pas.
Thérapie du crime de Sophie Jomain et Maxime Gillio 2018 Pygmalion 
En lisant cette dernière phrase, j'ai regretté ne pas l'avoir lue et apprise plus tôt car, en allant acheter le thé anniversaire il y a quelques semaines, j'ai platement refusé la gorgée de thé du jour offerte peu après mon entrée dans la boutique, ajoutant que mon trajet de retour pouvait être long, ce qui a suffi pour grandement faire sourire le deuxième employé présent.


01 novembre 2018

Déjà ou à peine 20 ans

Une autre offre d'un jour seulement
par la maison de thé dont j'ai poussé la porte il y a bientôt 20 ans.

Je n'ai pas attendu leurs célébrations pour me procurer le thé qu'ils ont produit à leur Tea Studio.

C'est un honnête thé noir, sans agressivité.

J'ai tout augmenté à mon goût: eau toujours bouillante, plus de feuilles et cinq bonnes minutes.

Même si je leur souhaite de maintenir leur succès, qu'ils méritent grâce à leur passion et à leurs efforts soutenus, je n'ai pas répondu à leur sondage-concours mais j'ai apprécié la photo ancienne qu'ils ont incluse dans leur infolettre du 18 octobre, montrant la boutique telle qu'elle était à ma première visite en 1998.




31 octobre 2018

Boo!

Poche-de-Thé le fantôme de Richard Petit
Rien dans ce livre-jeu n'explique le nom du fantôme: il n'est pas brûlant, ne se promène pas dégoulinant de gouttes brunes ou vertes, n'a pas de ficelle/étiquette en guise de chaîne/boulet. L'auteur ne mentionne pas une mésaventure avec un sachet de thé qui l'aurait brûlé au troisième degré quand, à cinq ans, il avait voulu l'agiter dans la tasse de sa mère. N'empêche que c'est amusant et je le refilerai à Fille Aînée pour son filleul qui saura bientôt lire suffisamment pour choisir tout seul à quelle page il veut aller.
Il y a longtemps que l'Hallowe'en a perdu son attrait ici, bien avant que les règles se durcissent. C'est dire que je ne me déguiserai pas pour profiter de l'offre.
David's Tea le 31 octobre 2018

30 octobre 2018

Équivalents

Au printemps 2017, j'ai lu The Tea Girl of Hummingbird Lane de Lisa See. Une critique déplorait que la minutie des détails concernant le thé alourdisse l'histoire
At times the author’s research strains Tea Girl, weighing the story down with a fair amount of minutely detailed tea production methods.
Au contraire, quelles délices! Des pages et des pages dans les montagnes théières de Chine, de 1988 à 2016, l'histoire et les bienfaits habilement amenés par les travaux scolaires - du primaire à l'université - de l'héroïne avec sa galette de thé, le commerce avec ses hauts et ses bas, expo et bulle.


Cet été, la Théière nomade s'est enthousiasmée pour la version française, que j'ai empruntée à la bibliothèque. La traduction est quasi littérale et rien ne manque du thé, coupures que j'ai déjà malheureusement constatées dans d'autres romans. Quasi comme Pékin plutôt que Beijing, Fleur de Minuit plutôt que Midnight Blossom - la fille au thé de Hummingbird Lane n'habite pourtant pas l'allée des Colibris -, soeur plutôt que fille, ce qui n'affecte guère le sens, mais parfois le contraire est dit:
it's all I can do to keep from running to him for solace 
   je parviens à peine à me précipiter vers lui pour chercher le réconfort
ou le chiffre réduit, sans grand effet
ten cups of tea a day
  sept tasses de thé par jour 

mais au moins une fois  en annulant l'impact du calcul
for eight years   
  pendant huit jours
ou en plaçant des buveuses de thé anglaises parmi les vendeurs présents à la World Tea Expo plutôt que des English tea-cozy ladies.

Depuis le début de ce siècle, je remarque l'allongement des remerciements, attribuant au plus léger contact le rôle qui lui revient dans l'élaboration du livre. Cette auteure n'y manque pas dans les dernières pages, depuis le titre incomplet qui lui trottait dans la tête, jusqu'à ses voyages en Chine pour se documenter sur le Pu'er. Elle a sans doute elle-même subi les cigarettes fumées par les producteurs de thé pendant les dégustations, mais elle s'est contentée de le faire raconter par son jeune personnage américain.  Elle a visité la World Tea Expo, nommant les conférenciers - dont Kevin Gascoyne -, les importatrices, les marchands. Elle énumère aussi les ouvrages consultés, livres et sites web, toutes informations que j'apprécie trouver.



20 octobre 2018

2835e

billet publié en 13 ans. Très courts -c'était avant Twitter-, quotidiens, les cinq premières années. Plus longs, plus disséminés depuis. 
J'en écris rarement sans penser à Teamail, découvert en octobre 1998, groupe virtuel dont je suis toujours membre même s'il est inactif depuis deux ans. Quelle source d'information c'était! Quelle richesse d'échanges il y avait, dans le respect de la netiquette sous peine de bannissement. Les courriels se répondaient au rythme des textos d'aujourd'hui... avant qu'ils ne doivent être filtrés et approuvés par les administratrices. Pas de photo, pas de pub, mais des livres, des méthodes et des trucs,des goûts et des préférences, des notes de dégustation de thé, que de Camellia sinensis, aucune autre infusion tolérée, des visites réussies ou pas aux salons de thé... Nadine étudiait en Australie, puis ce fut Michelle qui est partie de New York y installer sa famille et nous parler du billie tea, Kathryn est déménagée du Texas en Angleterre où elle a découvert l'omniprésence des bouilloires électriques, Anodyne du Michigan nous décrivait la tempête de neige que j'allais voir arriver le lendemain, Stéphane suivait des cours de thé à Taiwan... J'ai voulu dépoussiérer ma géographie pour situer tout ce monde et localiser les plantations d'où venaient les thés dont il était question. 
Quel panorama! Je l'admire et l'explore encore.

16 octobre 2018

Journées de la culture

Habitant le quartier derrière l'ONF depuis plus de 30 ans, c'est la visite extérieure, animée par une bénévole d'Héritage Montréal, qui m'intéressait dans les activités proposées lors des dernières portes ouvertes avant le grand déménagement au quartier des spectacles l'an prochain.
C'était fin septembre, gris, frisquet, mais ça valait l'attente, ne serait-ce que pour cette vue aérienne de 1956 que la guide a fait circuler parmi les visiteurs.



On y voit si bien notre quartier avant que les érables poussent, ceux-là même qui se font abattre depuis quelques années, ayant atteint l'âge d'être dangereux, surtout par grand vent.
J'ai déjà trouvé du thé dans les films de l'ONF:

Infusion d'Amélie Poulin  À la 12e minute, un souvenir d'enfance sur du thé en brique préparé sur un feu de bois pendant les foins.

Mary & Myself de Sam Decoste

Jours de pluie de Vladimir Leschiov. Dessiné au thé sur papier.

L'homme trop pressé boit son thé à la fourchette de Sylvie Groulx.Tout le thé est dans le titre, dicton chinois.







28 septembre 2018

Journées?

En passant par la librairie où j'ai déjà acheté plusieurs livres sur le thé - en français -, j'ai dû demander où était rendue la section cuisine, pour finalement ne rien y trouver du tout. La vague aura duré une quinzaine d'années.  Celle du café continue de déferler et je viens peut-être d'en découvrir la cause, dans le livre d'Alain Vadeboncoeur (urgentologue à l'Institut de cardiologie, quel aptonyme!) Désordonnances paru en 2017.
En étudiant le Guide alimentaire 2015-2020 des Américains, il y a découvert:
"Si les lignes directrices précédentes négligeaient la divine substance, ne citant le mot "café" que trois fois, sans même mentionner la caféine, ce nouveau guide contient chacun de ces mots plus de 200 fois, et que pour en vanter les bienfaits."
Ça n'explique pas la confusion autour de la journée du café, que certains placent le 28 ou 29 septembre (national aux US), d'autres le 1er octobre (international), j'en conclus qu'ils en consomment déjà trop. J'ai laissé tomber le projet d'essayer un salon de thé avec une buveuse invétérée de café. 

27 septembre 2018

Le seul en bourse, tous en sachets

Depuis mes derniers billets en juin sur les pourquoi et le comment des déboires de Davids Tea, lapresse+ a remis cette compagnie en vedette dans sa section affaires à quelques reprises, pas toujours justifié
lapresse+ 29 juillet 2018 10 titres de Québec inc. au plancher

lapresse+ 29 juillet 2018 c'est tout ce qu'on dit de Davidstea
lapresse+ 7 août 2018
lapresse+ 7 août 2018
lapresse+ 15 août 2018
 C'est McSween qui doit applaudir.

lapresse+ 25 août 2018
lapresse+ 25 septembre 2018 
 Même interrogateur, ce titre m'inquiète:
lapresse+ 25 septembre 2018
lapresse+ 25 septembre 2018
et celui-ci me rassure,
lapresse+ 27 septembre 2018

lapresse+ 27 septembre 2018
lapresse+ 27 septembre 2018
pour l'instant.
Il y a d'autres compagnies locales connues internationalement, comme TransHerbe et Camellia sinensis, qui ne sont pas cotées en bourse et ne défraient pas la manchette, mais qui pourraient tout autant se faire offrir le même genre de "partenariat" par les producteurs.

25 septembre 2018

Enfin

un rafraîchissement qui s'annonce durable, quelques couleurs dans les arbres, de grands vents qui jonchent les rues de branches, c'est l'automne qui s'amène et ramène avec lui le besoin de boire chaud. Mon frère m'a offert en août ce thé du Labrador avec miel assorti.
J'avais déjà goûté aux tisanes boréales
je dirais que l'ajout de menthe poivrée 
à celle-ci masque le côté médicinal qu'elles peuvent avoir.
Quant au miel, je m'étonnais que des abeilles puissent butiner assez de Rhododendron groenlandicum pour produire du miel jusqu'à ce que je lise les ingrédients
Il passera très bien sur la bannique, dont l'envie m'est revenue depuis que notre filleule pratique à l'extrême est du Québec, en territoire innu même si ce n'est pas le Nunavik.

07 septembre 2018

Déjà lu

Déjà écouté, plutôt. Plus tôt, en juin. Belle voix. C'est ce livre
qui m'a posé le problème des passages de thé: comment les noter.
Celui-ci, avec ses 4 parties bien distinctes à l'écoute, 

a révélé des chapitres sur papier, qu'il m'a fallu calculer par rapport aux minutes retenues. 
C'est très curieux de découvrir l'enveloppe charnelle d'un livre dont je connais déjà l'essence, comme voir les feuilles d'un thé bu à l'aveugle. Il y a des titres à chaque chapitre des quatre parties, je trouve le thé à gauche ou à droite, en bas ou en haut, alors qu'il n'était que virtuel dans mon souvenir.
Voici le passage que je tenais particulièrement à garder:
C'était en 1988. [...] Tenant le thé vert pour la boisson la plus diurétique qui soit, souhaitant dégonfler même si elle n'était plus qu'une charpente et réduire magiquement la circonférence de ses os, Macha en buvait des litres. Elle se remplissait et se vidait tout aussi vite. Se remplir de liquide et se vider rapidement occupait sa journée – boire, attendre l'envie, se vider, recommencer. Une machine. Bounine et Kolia préféraient les variétés noires, mais depuis quelques années, le vieux ajoutait un peu de sucre et du lait à son thé pour l'adoucir.  
Il y avait deux théières sur la table. L'une, en fonte, avait été rapportée du Japon par Bounine et servait au thé vert. On ajoutait de l'eau pas trop chaude sur les feuilles jetées dans le récipient. Au terme de l'infusion d'une minute environ, Macha versait la boisson déliée dans une grande tasse. L'autre, en porcelaine sans motifs, était réservée au thé foncé. Le samovar, trop encombrant, trop russe, pas exotique, avait été remisé avec les casseroles. 
L'homme blanc de Perrine Leblanc 2010 Le Quartanier

06 septembre 2018

Déjà vu

Commandé en mars dès que je l'ai repéré chez Amz, sans même lire la description après tant d'années (depuis 2000), tout juste reçu. Cette impression de déjà vu se confirme devant cette théière.
J'ai eu le temps de me réjouir devant ce nom


dont la disparition n'avait pas été expliquée après 16 ans de collaboration,
avant de voir ce "sceau"
tout le contraire de "Nouveau! Amélioré!" sur lequel on attire d'habitude notre attention.
Du réchauffé, ironique ou approprié pour des théières, souvent antiques?
Le cellophane arraché pour confirmer: 
Comment sera-t-il le dernier: je n'achète plus ou Workman n'en publie plus?


05 septembre 2018

Bulles

Cette bulle - la lecture prend une couple d'heures seulement - suivait celle, énorme, prolongée sur tout l'été, de 
Journal d'un corps de Daniel Pennac
Depuis que mes lunettes corrigent aussi la presbytie, je ne bouquine plus dans les bibliothèques. Heureusement, cela coïncide avec les catalogues en ligne. Le choix se fait par recommandations, critiques, hasards. Une liste et les livres me sont livrés. Jamais je n'aurais emprunté la version illustrée, qui s'est avérée si grande et si lourde, mais si appropriée, que je l'ai posée sur le lutrin au sous-sol. J'en lisais donc un jour, ou une page, chaque fois que j'allais quérir pomme Jazz ou de terre dans la chambre froide, ou cornet dans le congélateur, et je remontais en savourant ces propos.
Il y a peu de thé, du plus épique:
61 ans, 7 mois, 17 jours Lundi 27 mai 1985
Accident stupide. Lundi de Pentecôte. Nous prenions le thé chez Madame P., vieille amie de la défunte mère de Mona, qui va sur ses cent deux ans. Villa néovictorienne, le thé servi dehors sous un platane poussé au beau milieu d'un court de tennis!
...
Boire le thé sous cet arbre c'est s'installer tout vivant dans un tableau de Magritte. Le jeu consiste à ne pas s'en étonner auprès de la vieille dame.
...
Bref, nous sirotions notre thé quand un chien a fait irruption dans la propriété. La vieille dame l'a repéré du coin de l'oeil et s'en est offusquée.
...
Hôpital: ébahissement du médecin de garde devant la diversité des dégâts: “Que vous est-il arrivé?” Difficile à expliquer en quelques mots: le thé, le tennis, Magritte, le chien, la vieille dame, le fil de fer, bref, le plus gigantesque désastre de l'histoire du thé mondain. Piqûre antitétanique (le fil de fer était rouillé), huit points de suture le long de la calotte crânienne, On a voulu vous scalper?
...
Plus tard, Mona me demande ce qui m'a pris de bondir comme ça.
- Je crois que je m'ennuyais un peu.
- Ce fil de fer aurait pu te décapiter.
à l'inévitable san-thé:
Même jour, 17 heures (75 ans, 11 mois, 2 jours Dimanche 12 septembre 1999)
J'écris cela en buvant mon thé. Renoncé au café depuis mon opération. Impression que le thé me nettoie. Une sorte de douche intérieure. T'en bois un, t'en pisse trois, disait Violette. Peut-être un jour passerai-je à l'eau chaude, comme sur sa fin la tante Huguette. 


04 septembre 2018

Parlant champagne

c'est Amélie qui a le dernier mot:
Quand, au terme d'une expédition en ville, les deux femmes regagnaient l'appartement de la montagne Sainte-Geneviève, la maîtresse des lieux débouchait une bouteille de champagne en disant que le Deutz était son thé préféré.
Tiré de son dernier livre
que j'ai pensé à réserver à la bibliothèque municipale avant même sa sortie et que j'ai donc fini de lire depuis une semaine quand je vois dans mes courriels ce matin:-)

Le titre était prometteur mais si peu connecté au sujet, vengeance et haine, dans cet ordre.
J'en retiendrai ceci:
- Alimenter les conversations, avoir l'air ravi de revoir des gens ennuyeux à périr, ne pas les jeter dehors alors qu'on rêve d'aller se coucher, et savoir qu'en guise de remerciements on sera convié chez eux à des soirées comparables, c'est le prix à payer pour ma belle vie.
- Il paraît que vous y excellez.
- Qu'est-ce que cela change? On peut détester ce en quoi on excelle.