13 juillet 2019

En cherchant mieux

Je n'ai pas vu passer le temps en cherchant des cartes de thé, c'était comme jouer à la marelle.

Pour abréger, c'est cette carte produite par la Hudson Bay Company qui a ravivé le souvenir de la brève affirmation  de l'Association du thé du Canada (le site est complètement différent depuis que Louise Roberge n'en est plus présidente, plus rien en français...) et que l'on peut encore retrouver ça et là plus ou moins reprise intégralement : "The first shipment of tea arrived in Canada in 1716 brought by HBC. "
Avec HBC et 1716, cet article de 1947 sur un inspecteur des thés importés ici ajoute James Knight à l'équation, governor à la York Factory. Avec ces détails, un résultat est ressorti riche d'informations: Frances Hoffman dans son livre Steeped in tradition. En consultant mes étagères virtuelles sur LibraryThing, j'ai "appris" que je le possédais, mes achats sur Amz me disent que c'est depuis 2009. 
Je viens de le retrouver: c'est clair qu'un survol rapide m'a fait croire qu'il contenait surtout des recettes. Quelle erreur de jugement! Heureusement que Google feuillette mieux que moi.
Bref, Frances Hoffman conte que les boîtes de thé destinées à Knight ont pris la mer en 1715 mais que le mauvais temps a obligé le capitaine Davis à rebrousser chemin. Curieusement, les mêmes boîtes auraient refait le trajet sur le même bateau l'année suivante, avec succès, ce qu'on trouve résumé ainsi:
The first tea shipment to arrive in Canada was imported by the Hudson Bay Company in 1716 and took more than a year to arrive! https://www.teaattheempress.com/history-of-afternoon-tea/
J'aurais facilement pu m'aventurer en eaux froides avec ce Knight, ou avec les baleiniers qui auraient répandu le thé parmi les Inuit au tournant du XIXe siècle, mais me voici sur FINISH.

01 juillet 2019

En cherchant bien

dans ce grand livre illustré,

 j'ai finalement dû repasser toutes les cartes en me concentrant sur "thé" car l'information abonde. Comme il est destiné aux enfants, je n'ai rien vu de plus fort que de la bière et du vin, aucune vodka, pas de whisky ni de cognac, à moins que cette boisson à base de poivre?...
îles Fidji
Quoi qu'il en soit, les consommations les plus connues sont présentes.
Chine
Japon
UK
Russie




Maroc







Inde
Les pays producteurs sont plus rares; en plus de l'Inde (ci-dessus), les auteurs n'ont placé la production de thé en Chine qu'au sud de Shanghai.









Le Japon,
 le Vietnam,
la Corée du Sud,

 et le Népal
sont présentés comme pays producteurs alors que Taiwan n'offre que ses créations 
tandis que le Kenya et le Sri lanka sont absents du livre.
L'Argentine et le Brésil sont présents mais rien n'indique qu'ils fournissent les feuilles pour le thé glacé, sweet ou pas, des Etats-Unis, qui n'apparaît pas d'ailleurs.
Découvertes à approfondir:
chai maziwa en Tanzanie

suutei tsaï en Mongolie


Je dois remercier les bibliothécaires qui se déplacent à notre extrémité de l'arrondissement
pour desservir les classes de francisation et qui, se rendant compte de notre large éventail de 
lecture, nous proposent des livres destinés à un jeune public et qui font pourtant nos délices.
"Qu'est-ce qu'un adulte? Un enfant gonflé d'âge." Simone de Beauvoir


28 juin 2019

Surprises

Le facteur aurait pu sonner deux fois ce matin car il apportait 2 colis et nous étions tous les deux au sous-sol. 
L'expéditrice s'était enquise récemment auprès de son cousin du premier, posté le 10 juin
Ledit cousin m'a savamment expliqué pourquoi le tea caddy avait pu laisser échapper quelques feuilles (avion, pression...)
mais pas pourquoi F&M recommande, une fois ouvert, de transférer le thé dans un tea caddy. J'ai vérifié sur leur site, et c'est bien un caddy, cette instruction concerne sans doute le carton. J'enlèverai le cellophane demain matin, au-dessus du bac à compost, en attendant que l'eau bouille.
C'est le contenu du deuxième colis qui a été essayé sitôt déballé.
Ce petit haut-parleur blutooth m'a déjà permis de continuer à écouter le livre audio du moment à l'autre bout de la maison, dehors, jusque dans ma douche (pas dessous!) Ils sont arrivés deux, pour un meilleur effet stéréo, selon le généreux donateur, qui n'a jamais compris que mon ouïe n'était pas aussi fine que la sienne. Moi, du moment que ça ne griche pas...


20 juin 2019

Gagnants

hier, selon la liste publiée par Fresh Cup
https://www.freshcup.com/world-tea-expo-2019-recap/
et déjà fiers aujourd'hui d'avoir amélioré ce site vainqueur
Dans la liste se trouve aussi le livre qu'a lancé Jane Pettigrew en 2018 lors de cet événement annuel.

19 juin 2019

En retard

mais prometteur d'abondance, le rosier éponyme a enfin ouvert ses premières fleurs.



11 juin 2019

Fausse alerte

J'ai craint que ce soit une des nombreuses complications que cette chirurgie de l'oeil peut entraîner mais quand s'est pointé le mal de tête du côté droit, j'ai finalement reconnu les scotomes annonciateurs de migraine.
Comme ils étaient apparus pendant que l'eau bouillait pour le thé trouvé au pied de la porte à notre retour des Cultures urbaines tenues dans le quartier, ce ne pouvait pas être ce Darjeeling de Singell qui les avait déclenchés.

Heureusement, car il en a commandé une livre. Ce qui m'a rappelé qu'il en avait aperçu un kilo, d'un autre fournisseur, dans la salle d'examen de l'ophtalmo le lendemain de l'opération.
Rien n'indique l'année de la cueillette.
meilleur avant le 18 mars 2021

01 juin 2019

Oeil intérieur

Elle ne m'est revenue en mémoire que ce matin, quand j'observais, tête penchée pour bien la voir, cette lentille qui rétrécit à mesure que le gaz diminue. Je l'ai pourtant fournie à tous ceux qui ont dû être opérés ces vingt dernières années.


Je ne connaîtrai pas la peur
car la peur tue l'esprit.
La peur est la petite mort
qui conduit à l'oblitération totale.
J'affronterai ma peur.
Je lui permettrai de passer sur moi,
au travers de moi.
Et lorsqu'elle sera passée, 
je tournerai mon oeil intérieur sur son chemin.
Et là où elle sera passée,
il n'y aura plus rien.
Rien que moi.
Litanie contre la peur  Frank Herbert in Dune


Cet oeil intérieur qui me donnait l'impression, il y a une semaine, d'avoir les yeux au niveau de l'eau, ne voyant clairement qu'au-dessus, et me causant une étrange sensation quand j'ai bu ma première gorgée de thé, sans paille. 
Les tulipes, le magnolia, le pommetier, le lilas sont encore tous en fleur. Singulier printemps.

14 mai 2019

- 2

J'ai reçu la chaise longue, conçue pour lire en bronzant le dos, sur laquelle je prévois dormir à partir de jeudi, pour maintenir l'oeil dans la bonne position. Je l'ai installée au pied de la télé qui me servira de berceuse, sinon le lecteur de dvd/mp3 est là aussi et je pourrai écouter un livre dans le même but. J'ai aussi vérifié que le verre à paille avait l'espace nécessaire pour que je puisse y boire mon thé. 
Avec le ventilateur de plafond actionné pour assurer la circulation d'air, en ajoutant mousses et coussin, quelques glaçons dans le thé,  je pourrais mettre un bruit de vagues - je vais demander à Siri -  pour me croire sur la plage, sans risque d'insolation.

10 mai 2019

Pratiques

N'eut été de ce qui m'attend dès jeudi prochain - 2 semaines sans lecture - je n'aurais sans doute jamais exploré les outils déjà à ma portée, comme les messages audio et les Voice Memo
messages en haut à gauche, Voice memos en bas vers la droite
pour noter les thés bus, le courrier arrivé...

et Siri. Après de très courts tests de reconnaissance vocale, Siri comprend d'emblée quand je lui demande de la musique classique,

de baisser le volume, de démarrer lapresse+, et même un minuteur
ce qui servira souvent, avec toutes ces gouttes à mettre à intervalles de 5 minutes, aux 2 heures, 4 heures 6 heures, pendant 2, 4, 6 semaines...

Quand je disais que je boirais du thé glacé à la paille, la température était estivale (23 degrés C lundi, fiou!) mais elle a sérieusement baissé et je me ressaie à boire chaud avec une - plus petite - paille: en laissant mon thé tiédir dans une grande tasse avant de le verser dans ce verre muni d'un couvercle troué, et en prenant une gorgée à chaque partie réussie,


je compte établir un lien positif entre la paille et le thé chaud. 
Nous avons épuré les "pages" du pad en créant des dossiers, comme l'a recommandé Fille Aînée, ce sera plus facile de me repérer, surtout sans lunettes quand j'aurai la tête soutenue par un oreiller troué. J'ai déjà quatre de ces supports, je me pratique aussi à ça, sur mes différentes tables/sièges ajustables. Je garde les théières et tasses les plus couramment utilisées sur le dessus du frigo: je les ai descendues près de la bouilloire électrique.

05 mai 2019

Privation

Je devrai bientôt subir une chirurgie et dans les intructions pré-op, figure en tout premier
Léger petit-déjeuner - Ni café, ni thé
Ça ne s'applique qu'à la journée même de l'opération, heureusement.

La page créée par une Américaine qui a traversé l'épreuve en multipliant les trouvailles me permet de prendre des précautions, de développer des habitudes AVANT que nous y soyions confrontés au quotidien. Avec l'obligation de maintenir la tête penchée vient celle de boire avec une paille, nous avons trouvé un verre pour l'eau et un autre pour les consommations plus épaisses, comme milk shakes, smoothies, soupe... 
pailles réutilisables
et thé glacé. Je n'ai vraiment pas envie d'aspirer du thé chaud. 
Ce qui ne figure pas dans le texte écrit mais est souligné verbalement est l'interdiction de LIRE pendant 2 semaines. J'étais au courant de la position à conserver 23 heures sur 24, et je l'imaginais sans confort. En y ajoutant l'absence de lecture, que ce soit sur papier ou sur écran, c'est le réconfort qui s'enfuit, lui aussi. À regret, j'ai annulé les réservations à la bibliothèque et ajouté des app de RCanada sur le pad. Moi qui préfère le silence, je me rabattrai sur la musique, les balados, les émissions de radio peut-être.

02 mai 2019

Notre journée du livre

J'avais déjà constaté l'ignorance des "libraires" au sujet de la journée du livre et du droit d'auteur. Cette année, c'est officiel, ils ont jeté l'éponge:
Fille Cadette et moi avons choisi une autre succursale d'Indigo pour y passer deux heures mais en commençant par les revues, j'ai aussitôt attrapé ces deux-là
J'avais bien compris, dans le billet d'Angela, que la British Tea était publiée par Hoffmann, sans saisir qu'ils vendent aussi la Tea Time: les deux revues sont donc américaines, ce qui explique que les recettes dans les premières pages de BT soient offertes en tasses et en cuillères, sans équivalences métriques. J'aime qu'elles soient toutes regroupées dans la première moitié du magazine, sans "suite à la page x", même si je n'y jette qu'un coup d'oeil.  Après la cuisine, les salons. Jane Pettigrew mène le bal, 
de la page 79 à 124
entre deux Américaines qui écrivent sur le château où a été tourné la série Downton Abbey et sur un cat café.

Très peu de publicités, toujours ciblées, contrairement à Tea Time, qui se consacre au thé in the YOU-SS-É, 

même si Bruce Richardson écrit sur sa rencontre avec Wu De à Taiwan, il est précisé que ce dernier est né Aaron Fisher en Ohio.
Les deux magazines étant semblables en termes de prix/pages
et produits par la même maison, je me demande si l'une ne subventionne pas l'autre. Tellement de médias papier disparaissent, j'ai eu de la chance de tomber sur ces deux numéros.
Heureusement que j'ai pu utiliser un sac à roulettes pour trimballer mes achats de livres, jeu, gadgets, le plus petit étant notre préféré

bouchon led usb
qui transforme une bouteille en lampe

28 avril 2019

Suivi de lecture

Après le livre de Haskell, j'ai demandé à Fille Aînée quel était, déjà,  ce si beau livre acheté pour son filleul dont  même les adultes raffolaient.
Dès la réception de sa photo
j'ai réservé le livre à la bibliothèque municipale et je viens d'en finir la lecture à voix haute.
L'auditeur aura le loisir de le feuilleter pour admirer et détailler les superbes planches.
Dans la XXIIIe, j'ai aussitôt repéré ce chashitsu
coin supérieur droit
qui avait droit à un bout de texte.
Quant à cette légende
elle me rappelle que je n'ai toujours pas retrouvé le dvd d'Avril enchanté. Ce ne sont pourtant pas les jours pluvieux qui ont manqué pour le regarder en "milieu ambiant".

02 avril 2019

Ceylan

Notre filleule et son conjoint ont visité le Sri lanka l'été dernier. La photo de leur afternoon tea est arrivée dès le 4 août, sans légende. Leur blogue a paru au compte-gouttes en 2019, j'ai prélevé les passages de thé.

Quoi de mieux pour se reposer alors que de faire un arrêt à T House by Dilmah, une magnifique maison de thé? Crème glacée au thé noir, thé glacé à la cannelle, gaufre aux légumes et thé noir à la vanille, le tout à l’air climatisé : impossible de demander mieux!  Colombo 28 juillet

Au menu, à nouveau un déjeuner sri lankais, avec des « hoppers » cette fois (des genre de crêpes avec des œufs) et des galettes de lentilles piquantes. Et bien sûr, du thé avec un nuage de lait!  30 juillet 

Je pensais bien faire en me commandant un café, mais j’ai vite déchanté en goûtant l’eau de vaisselle qu’on m’a servie! Note à tous ceux qui pensent aller au Sri Lanka un jour : dans un pays où le thé est roi, ne buvez pas de café!!  Tangalle 31 juillet 

À 5h du matin, les yeux bouffis de sommeil, c’est dans une ambiance pâteuse qu’on a pris le thé et quelques gâteaux avec le couple de backpackers qui nous accompagnerait pour ce safari matinal.   éléphants 2 août 

notre objectif du matin : Uva Halpewaththa Tea Factory! Un minibus miraculeusement climatisé (ça existe ici??? on n’y croyait plus!) nous a déposé jusqu’à l’arrêt de la fabrique de thé, au bas d’une colline. De là, c’est dans un cadre enchanteur et verdoyant qu’on a gravi les 2 km de route de montagne qui serpentaient le long des champs de thé, afin de nous rendre à notre destination du jour.
...
De l’extérieur, notre usine de thé ressemblait à un gros baraquement en tôle ayant mal vieilli. Pas exactement l’endroit le plus invitant! À l’intérieur, c’était obscur et poussiéreux, avec de vieux planchers grinçants qui donnaient l’impression d’avoir 3000 ans d’existence. Euh… C’est bien ici qu’on produit certains des thés les plus réputés au monde?Parenthèse : malgré sa petite taille, le Sri Lanka est l’un des principaux exportateurs de thé au monde. Par exemple, le thé Lipton, que vous connaissez tous, vient d’ici. L’industrie emploie aujourd’hui près d’un million de personnes et apporte une contribution importante à l’économie nationale. Ce sont les Britanniques qui sont à l’origine de ce succès. Même si leur domination coloniale du pays n’a pas été très appréciée, ils ont eu la main heureuse avec le thé : il faut bien leur donner ça! Après avoir volé des plants de thé en Chine au début du XIXe siècle, ils ont remarqué que le climat frais et humide de la région des Central Highlands se prêtait particulièrement bien à la culture de ce végétal. Ce fut un bouleversement majeur pour cette colonie qui, jusque là, rapportait bien peu à Sa Majesté : les cours de la cannelle s’était effondrés et les tentatives de cultiver du café avaient échoué misérablement. Dès lors, l’essentiel de l’activité sri lankaise s’est tournée vers cette nouvelle manne, qui a radicalement transformé le pays. Des champs de thé et des usines sont apparus partout dans les montagnes. Comme on manquait de main-d’œuvre pour y travailler, les autorités y ont « importé » des Tamouls venus d’Inde, modifiant à jamais la composition ethnique du pays. Et puisqu’il fallait bien faire sortir la production de l’intérieur de l’île vers l’Angleterre et le reste du monde, un chemin de fer, véritable prouesse technique, fut percé à travers les montagnes vers Colombo. Aujourd’hui encore, toute la région vit au gré des aléas de l’industrie du thé… et fait le bonheur des amateurs du monde entier!
Une fois dans le bâtiment, on a vite été rejoindre plusieurs touristes qui attendaient dans une salle, un peu décontenancés. Après un certain temps, un vieux Sri Lankais bourru mais attachant est venu nous faire une présentation sur le thé. C’était très intéressant! Vous saviez par exemple que le thé est encore aujourd’hui toujours cueilli à la main, et qu’on ne récolte que 3 feuilles sur chaque nouvelle pousse de l’arbuste? Le vieux monsieur, qui imposait naturellement le respect avec son air sévère et sa voix puissante, prenait un plaisir évident à ponctuer son exposé de moments où il intimait fortement à certains membres du groupe de poser différentes actions : « Regarde ces feuilles de thé séchées! » « Sens le thé! » « Toi, passe la boite à ton voisin! » Haha! Il me faisait penser à l’un de mes profs de maths au secondaire, un vieil Arménien tonitruant qui enseignait à l’ancienne et qui envoyait allègrement valser la pédagogie moderne. Ses méthodes peu orthodoxes mais furieusement efficaces incluaient tout un arsenal de moqueries, de blagues non politiquement correctes et de remontrances à moitié sérieuses envers les étudiants, en particulier vis-à-vis de ceux qui étaient peu habiles avec les chiffres (comme votre serviteur, qui en a fait les frais à maintes reprises!). Eh bien, croyez-le ou non, c’était unanimement le professeur le plus apprécié et le plus respecté de l’école (et je m’inclus là-dedans). Pas un mince exploit face à des ados de secondaire 4 et 5! Notre guide sri lankais sortait exactement du même moule et était animé par la même passion profonde pour son métier. C’est probablement pour ça qu’on l’a tout de suite trouvé sympathique!On a suivi ensuite notre nouvel ami pour une visite en profondeur de l’usine. La plupart des employés étaient déjà partis : ici, les quarts de travail commencent et finissent très tôt le matin, au moment où la chaleur est moins écrasante. En cette fin d’avant-midi, l’usine était presque déserte! Curieusement, les machines utilisées pour trier, sécher, filtrer et broyer les feuilles de thé étaient loin d’être des merveilles technologiques! En fait, beaucoup d’entre elles semblaient dater de la révolution industrielle… Apparemment, ce n’est pas par manque d’innovation dans l’industrie, c’est juste que ces machines répondent parfaitement et efficacement à ce qu’on attend d’eux, malgré leur allure vétuste! Vers la fin, les machines soulevaient énormément de poussière, et je devais faire des efforts surhumains pour éviter de contaminer les stocks de thé par mes éternuements!
Le tour finissait avec des dégustations de thé, versé sans ménagement par notre guide à l’air maussade. « C’est celui-là, le Earl Grey! Goûte!! » Haha! On a acheté quelques cadeaux puis on a admiré la vue depuis le balcon de l’usine. Un magnifique panorama de collines parsemées de champs de thé s’offrait à nous. Il y a décidément pire endroit pour vivre (et travailler)! 
...
On a marché le long de la route pour atteindre le sentier de Little Adam’s Peak. Ça s’est révélé être une bien agréable excursion à travers les plantations de thé jusqu’au sommet d’une montagne dénudée. De là, on avait une vue superbe sur la route qui descendait vers Wallawaya ainsi que sur les collines, les forêts et les fabriques de thé.  Ella 3 août 

Ce fut le début d’un décidément magnifique trajet en train à travers les collines : on n’a pas de misère à croire le Lonely Planet lorsqu’il affirme qu’il s’agit de l’un des plus beaux périples en train de la planète! La voie serpente à flanc de montagne tout le long, alors qu’on traverse des plantations de thé, de belles forêts de pins et d’eucalyptus, de nombreux tunnels, de petites cascades et des villages assoupis aux jolies gares vieillottes. On ne se lassait pas de la vue!  vers Nuwara Eliya 
On y a été accueillis en rois par nos hôtes, un couple de quinquagénaires très gentils, qui ont tenu à nous servir un thé et des biscuits! Le thé chaud était bien réconfortant par ce temps maussade et froid : il devait faire entre 10 et 15 degrés! 
...
L’avantage d’avoir choisi de se loger dans les environs de Nuwara Eliyah plutôt que dans la ville même était d’avoir un accès facile à deux attractions locales : Pedro Tea Estate et la chute de Lover’s Leap. On s’est d’abord rendus à pied à la première, en grignotant en passant des genres de samosas aux lentilles. La visite guidée de cette usine de thé, décidément moins ghetto que celle de la veille, a été bien agréable mais un peu moins intéressante que celle qu’on avait faite. Il faut dire qu’on commençait à être des experts en matière de fabrication du thé haha! La visite se terminait par une dégustation de thé dans les beaux locaux vitrés de l’entreprise, qui donnait sur les collines et un petit lac en contrebas. 
...Après cette agréable pause, on a laissé les Françaises pour partir en randonnée. Direction la chute de Lover’s Leap, à travers les plantations de thé!   
...De retour à l’auberge, on s’est reposés un peu avant que je ne réalise en feuilletant le guide qu’il était en plein l’heure d’aller prendre le thé, British-style! On n’a fait ni une ni deux et on a sauté dans un bus public vers Nuwara Eliyah. 
...
Aujourd’hui encore, ce gros village étendu possède un charme tout britannique. Et quoi de mieux pour se mettre dans l’ambiance que d’aller prendre le  high tea au Grand Hotel?
Nous qui n’en avions jamais fait l’expérience, voilà que, pour un prix très raisonnable, nous étions attablés dans la chic salle à manger/terrasse de ce vieil hôtel devant deux thés délicieux et un assortiment élaboré de petits en-cas et gâteaux servis sur un élégant présentoir étagé! Quel luxe! On est restés au moins 2h à grignoter et à siroter nos thés (eau chaude à volonté!) en bavardant. On a recroisé les 3 Françaises venues visiter l’hôtel, ce qu’on a fait par la suite. Vous savez la scène au début de l’album Tintin au Tibet, où Tintin, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol sont en vacances à l’hôtel dans les montagnes, et qu’ils passent leurs journées à lire, à grignoter et à se reposer avec les autres pensionnaires (avant de déranger tout le monde avec un « Tchang!!! » retentissant)? Eh bien ce genre de séjour de villégiature à l’ancienne est exactement l’impression qu’on avait en sirotant notre thé au Grand Hotel!

 Nuwara Eliyah  4 août
Ce fût l’occasion de dire adieu aux collines, champs de thé et forêts de la magnifique région des Central Highlands, alors que le trajet à flanc de montagne nous donnait une dernière fois l’opportunité de réaliser à quel point cette partie du monde est superbe. 
...
Notre avion partait à minuit, et il nous restait quelques heures à tuer. On en a donc profité pour retourner prendre un thé chez Dilmah! Cette adresse agréable, dans la partie coloniale de Colombo, a décidément été un coup de cœur de notre séjour dans la capitale! retour de Kandy 6 août 2018 

Merci MP d'avoir publié les textes de FD!

20 mars 2019

M'amuse

Mars, mois de la francophonie, et des dix mots. J'ai failli passer mon tour cette année, ne trouvant à jumeler avec thé que 6 de ces termes.


« N'entends-tu pas les pigeons musiciens dans le ciel?/ Je levai la tête et ne vis rien. « Allons prendre une tasse de thé et je te raconterai. On trouve, à Pékin, des amateurs qui élèvent des pigeons et leur attachent aux pattes de minuscules sifflets. Quand les cages sont ouvertes ils s'envolent et, selon la forme des sifflets et les arabesques qu'ils dessinent dans le ciel, se crée une véritable symphonie où chacun joue sa partition; chaque sifflet est comme un instrument de musique différent. Passagère du silence, de Fabienne Verdier , Albin Michel 2003 

Mais cette fois, il n'y avait plus aucune cueilleuse dans les plantations. La dernière des quatre saisons de récolte était désormais terminée, et les théiers allaient profiter de leur repos hivernal pour reprendre des forces pour l'année suivante. Dès la mi-mars, les braves travailleuses allaient recommencer leur dur labeur et, le dos courbé, délicatement cueillir les frêles feuilles vertes qui composeraient le fameux first flush.
Dans la brume du Darjeeling de Mikael Bergstrand 2015 Gaïa Dimma över Darjeeling 2013


Le juge fit signe qu’il était au courant de ce fait. Il vida sa tasse, puis reposa doucement sur la table le précieux échantillon de porcelaine coquille d’œuf.La perle de l’Empereur The Emperor’s Pearl 1963in Les nouvelles enquêtes du juge Ti Tome 3, de Robert Van Gulik, Edition La Découverte Pulp Fiction 2005 


Pas n’importe quel bracelet en argent : elle avait le Maid of the Mist, un cœur, une tasse à thé et encore autre chose, notamment son nom en lettres cursivesClaire.Le vol du corbeau, d’Ann-Marie McDonald, 2004 Flammarion (The Way the Crow flies 2003)

Ce qu’Enye avait réparti en diverses piles sur la table en pin était de toute évidence le fruit d’années, pour ne pas dire de décennies de travail, d’instants détournés de leur destination première : notes prises en plein cœur de la nuit, après le thé ou avant le petit déjeuner, esquisses et gribouillis de fin d’après-midi, nuits complètement passées dans son atelier. Roi du Matin, Reine du Jour, de Ian McDonald, Denoël Lunes d’encre 2009 (King of Morning, Queen of Day 1991) 
Sire Masahiro fit un signe au chambrier, qui tapa discrètement dans ses mains. Quelques instants plus tard, le thé fit son apparition, apporté par une servante qui aurait pu être invisible. Les trois seigneurs Otori burent. Je ne fus pas invité à me joindre à eux.
Le Clan des Otori I : Le silence du rossignol, de Lian Hearn 2002 Gallimard Jeunesse (Tales of the Otori Book 1 Across the Nightingale Floor 2002 Macmillan 
mais en voici un 7e, illustré
phylactères
Le 20 est la journée, ce doit être pour quoi j'ai trouvé ceci du Robert dans mes courriels ce matin
mot qui a agité un souvenir de commentaire et engendré:


thé de montagne 
halitueux de nuages 
emparadisé



tea from the mountain 
emparadised drinker 
a cloud in the cup


et de là, sur le site du printemps des poètes où m'a sauté aux yeux
https://www.printempsdespoetes.com/Le-Printemps-des-Poetes
suivi de 
Ne désespérez jamais. Faites infuser davantage. Henri Michaux

La glace finira bien par fondre.