23 février 2013

1001

Francine en avait parlé dès octobre, et a depuis signalé plusieurs recettes, Mademoiselle Thé a révélé son secret fin décembre et l'entrevue qu'elle a eue avec Lydia Gautier a emporté le morceau: j'ai commandé le livre.
Une anecdote en le recevant: celui qui me l'apporte à déballer me demande dès qu'il voit le titre de regarder le 377e et de dire si je le connais. Un survol suffit pour constater que les 1001 ne sont pas numérotés. Il dit "alors page 177." Ce sont les "oeufs durs marbrés au thé", recette traditionnelle, même lui devrait se souvenir que j'en ai déjà faits. Ce hasard donne-t-il un goût de réchauffé au reste du livre? Non, quand on voit les points d'exclamation qui accompagnent les surprises que j'ai eues en lisant  1001 secrets sur le thé


La plus inattendue étant d'y découvrir 2 cuillères à thé dans le carnet d'adresses.

Viennent ensuite trois variétés du genre camellia, en plus du sinensis et de l'assamica. Le meilleur moment pour les dégustations et l'achat  serait en fin de matinée. Le verre est le moins conducteur des matériaux utilisés pour les théières. Maccha est la véritable transcription phonétique, elle utilise cette graphie pour ses recettes et celles de B. Nicolas et O. Leclerc, matcha dans celles de Chajin et Hermé. Bel équilibre dans les recettes: 20 pages boissons, 23 pages mets salés, 36 pages mets sucrés.
Mes deux illustres collègues ont déjà montré l'éventail des flaveurs, dont l'auteure expose aussi sa version demi-camembert. Le format du livre étant presque de poche (17x13x3 cm), je les reproduirais en double ou triple pour en faciliter la lecture. Une section tout à fait inédite porte sur la culture du théier chez soi. Plus de trois pages sont consacrées à la teinture au thé, 31 pages aux adresses, municipales et électroniques, en France, Belgique, Suisse et Québec. 19 pages permettent de noter nos secrets de thé (herbier,

dégustation, recettes, établissements, rencontres, souvenirs, voyages, rêves). Que de bonnes idées!
Quelle habileté aussi d'éviter le mot "santé" - tout au plus saines pour qualifier les dents - en énumérant les composantes et bienfaits des feuilles de thé. Je suis en faveur d'une démarcation claire entre un marchand de thé et un pharmacien.
Sont aussi présents dans ce livre quelques-uns de mes irritants personnels: comparer le thé au vin, que ce soit pour évaluer son prix ou l'accorder avec les mets, lire "thé rouge (dit black tea)" plutôt que "thé noir (rouge en Chine)".
Son format en fait le livre parfait à offrir aux débutants que les grands livres glacés intimideraient, ses textes courts et bien titrés plairont même aux habitués des textos.
Posted by Picasa

3 commentaires:

Thé noir a dit...

Des deux adresses mentionnées au Canada, l'une est fermée depuis juin 2012 http://www.unegrenouille.com/

Vanessa a dit...

Ah le voilà l'herbier dont parlais Francine! J'adore l'idée!! Et j'adore la prise de note à chaque lecture, je m'y reconnais bien même si je n'ai pas encore vraiment fait l'effort pour les livres de thé.

Thé noir a dit...

Chère Vanessa, quand je m'applique à prendre de telles notes de lecture, je pense à toi et à toutes celles que tu partages sur iamlikeiam. Tu n'instruis pas que ton lutin.