22 octobre 2014

Cutty Sark

La dernière des tea clippers. Eh oui, en anglais, les navires sont féminins, peu importe leur figure de proue. Pré-commandé au début d'août, le livre m'a finalement été livré hier. La couverture est différente de ce qui s'affiche ici, ou là-bas, et le musée lui-même ne l'offre pas dans sa boutique, une situation sûrement temporaire.

  Je savais qu'elle avait connu bien d'autres cargaisons après celles du thé, n'empêche qu'en consultant l'index
j'ai bien vu que le thé n'était que l'origine de cette clipper.
The Tea Voyages
ne durent que de la page 52 à la page 66.

Je savais déjà que cette tea clipper s'était fait couper l'herbe sous le pied avec l'ouverture du canal de Suez. J'ignorais que c'était seulement 5 jours avant son lancement, qu'elle allait devoir transporter du charbon pour ses concurrents, les bateaux à vapeur, qu'elle aurait bien du mal, à cause d'eux, à trouver suffisamment de thé à ramener en Angleterre pour couvrir ses frais, et qu'en 7 ans à peine, les clippers passeraient de 50 à 9.
Après ses huit transports de thé chinois
sa cale ne connaîtra plus qu'une fois l'odeur du thé, indien, de Calcutta à Melbourne en 1881.

2 commentaires:

Thé noir a dit...

Et voici que le train concurrence le canal de Suez!
http://nouvellepresseduthe.blogspot.com/2017/01/les-thes-de-chong-qing.html

Thé noir a dit...

Une belle page http://www.rmg.co.uk/discover/explore/1870-78-china-tea-years avec video