25 janvier 2007

À la manière de

Stéphane

Avec tous ces sondages qui causent des rumeurs d'élections anticipées aux deux paliers de gouvernement, j'attribue à mon tour un thé à quelques personnalités politiques nationales.

Jean Charest: de conservateur fédéral à libéral provincial, John James est un Irish Breakfast préparé dans une machine à espresso, servi dans une chope à café.

André Boisclair: son nom le désigne comme un thé fleurissant. Etonnant à voir ouvrir dans les deux premières minutes où l'eau chaude le touche, il se révèle insipide ou agressif, selon qui le boit. Le temps et les infusions répétées n'améliorent pas son goût et altèrent lentement son image, qu'il soigne.


Stephen Harper: de réformiste à conservateur, c'est un sachet de thé sans nom, préparé en iced tea du sud.

Stéphane Dion: ce professeur d'université maintenant chef de parti est un thé vert, bio évidemment. Consommé uniquement pour la santé, il faut l'infuser longtemps pour libérer toutes ses catéchines, et attendre plus longtemps encore pour vérifier leurs prétendues vertus.

3 commentaires:

Thé noir a dit...

Boisclair a démissionné comme chef de parti en mai 2007 et a quitté la politique active deux ans après avoir été élu chef du PQ.
Dion a démissionné comme chef de parti après les élections de 2008 mais est toujours député libéral (un des rares réélus en 2011).

Thé noir a dit...

Charest a quitté la politique après avoir perdu les élections suivant le printemps érable 2012.
Boisclair vient de démissionner de son poste de délégué à New York, où il avait été nommé par le PQ nouvellement élu à l'automne 2012: il se consacre au procès en diffamation qu'il a intenté contre Duchesneau.

Thé noir a dit...

Stéphane remet ça: http://teamasters.blogspot.com/2017/03/presidentielle-2017-humour.html