20 août 2017

Lectures croisées

Samedi dernier, 12 août, la journée pour acheter un livre québécois. J'ai fait ce devoir patriotique et comme j'ai acheté il y a longtemps les livres de LA maison de thé québécoise à la renommée internationale
j'ai fini par trouver une nouveauté 
http://lapetitetasse.ca/
livre qui ne tiendrait peut-être que par l'anse au thé mais qui promettait d'être beau et qui m'a rapidement été livré par la poste.
Le feuilleter a confirmé la richesse de ses illustrations et la finesse de son texte que j'ai finalement commencé à la première page. Ah! il s'agirait d'une relation thérapeutique, tant pis, c'est bien écrit et que vois-je en page 13?
Je lis Gilgamesh depuis que Vanessa en a parlé le 12 juin. Mon dernier Silverberg remonte à 1982, année où j'ai à peu près cessé de lire de la science-fiction, et je déguste celui-ci qui s'en éloigne complètement. J'alterne entre les deux livres, une cuillerée de l'un, une cuillerée de l'autre. Chacun son goût, long en bouche. Ce n'est que dans les vingt dernières années que j'ai appris à fermer un livre, un roman pour le faire durer parce qu'il était trop bon, ou parce qu'en le grugeant lentement, j'en extrairais la moelle.
Je poursuis donc le voyage par étapes ponctuées de tasses suffisamment théinées

pour figurer ici, et puis voilà, p.98, confirmation de relation thé-rapeutique
en nous racontant des histoires qui nous ont fait sourire, des histoires de tasses et de soucoupes, des histoires de thé vert et de thé à la menthe, des histoires thé-rapeutiques.   Marielle Maheu
et toujours la petite tasse de toutes les couleurs


pour contrebalancer le gigantesque Gilgamesh.

Aucun commentaire: