08 septembre 2016

100 ans

Il ne manquait que quatre années à ma mère pour être centenaire aujourd'hui. 
Dans ses nombreuses lettres, je retrouve ce qu'elle m'a répondu à propos de la consommation de thé dans sa famille - 15 enfants plus les grands-parents paternels - dans les années 1920, sur une terre à Valin.

 Ma grand-mère paternelle aimait boire son petit thé avec un biscuit ou une beurrée de pain + beurre en après-midi comme collation. Papa prenait du thé au repas et maman aussi. Nous c'était du lait ou des fois avec cacao, mon frère Arthur aimait bien le thé fort quand il était au chantier l'hiver, mais en vieillissant il en buvait modérément. Etant jeunes, je pense que le café on connaissait pas ça. Mémère se faisait du café avec le dessus de la croûte du pain qui était cuit brun foncé, elle ébouillantait ça et sucrait et mettait du lait, au goût. Je pense que maman aussi s'en faisait (mais pour te dire que le principal c'était le thé).

Ce thé de chantier, si fort, était sans doute bouilli, ce qui peut nuire à la santé. J'ai vu récemment Ne m'envoyez pas de fleurs, (1964) dans lequel l'hypocondriaque parle de prendre un thé léger.
Quant aux croûtes de pain brun foncé (pour ne pas dire brûlées), on les retrouve historiquement chez les falsificateurs de chicorée, elle-même succédané du café.

Guillaumin 1859


 Maintenant tu me demandes des détails sur le thé. Nos grand-parents et parents buvaient du thé en feuilles qu'ils faisaient infuser dans une grande théière, et vidaient cela dans des tasses avec soucoupes, au goût avec lait ou sans lait, avec sucre selon le goût, mais c'était pas pour les enfants.

Ce n'étaient pas des Irlandais.
Maman reste au lit toute la journée, presque sans bouger. Malachy et moi remplissons les biberons des jumeaux avec de l’eau et du sucre. Dans la cuisine, nous trouvons une moitié de miche toute moisie et deux saucisses froides. Nous ne pouvons pas prendre du thé parce que le lait a tourné dans la glacière où la glace a fondu de nouveau et chacun sait qu’il est impossible de boire du thé sans lait sauf si votre père vous en donne de son mug pendant qu’il vous raconte les histoires de Cuchulain. 
          Les cendres d'Angela, Frank McCourt 1997

Ni des Japonais.

1 commentaire:

Vanessa V a dit...

Oh c'est beau ce partage sur cette boisson... autour du thé, de ce que l'on est en droit de donner aux enfants, ce qui est interdit ou pas abordable. Beaux souvenirs d'une presque centenaire.