23 juin 2015

Sur la route

du thé. Sur le trottoir, devrais-je dire, puisqu'il s'agit de ma promenade dans le quartier, sous la pluie.
Je préfère nettement marcher sous les nuages pleureurs que sous le soleil qui m'oblige à me protéger la peau, les yeux, la tête avec crème, lunettes et chapeau.
Est-ce la même paresse qui me fait boire mon thé nature?
Je croise des lions,


des éléphants.

Je repère des arbres rougeâtres aux nouvelles feuilles du même vert tendre que les first flush. (la photo est trop mauvaise)
Je m'arrête sous le gazebo du parc
 pour un thé-rmos.
Je constate que le martèlement sur mon parapluie cesse complètement quand je passe sous des conifères et reprend aussitôt après. Ce qui me rappelle le silence du pavillon de thé, troublé seulement par l'eau savamment versée de la louche dans la bouilloire.
Je croise lanterne
 et inukshuk,
les Japonais et les Inuit sont grands buveurs de thé.

Et si je mettais du sucre dans mon thé, glacé, et de la crème solaire sur ma peau, blême, pour une balade sous l'astre nécessaire?

2 commentaires:

Vanessa V a dit...

Très belle balade... moi aussi je préfère la pluie, et le silence sous les conifères, puis à nouveau le martellement sur le parapluie.
J'aime ces détails de paysages qui marquent le chemin.

Thé noir a dit...

Tu auras bientôt un nouveau quartier à découvrir, je ne doute pas que tu le partageras.