26 avril 2018

Sélectionnés

La NPT présente la liste des nominations pour le John Harney Lifetime Achievement Award qui sera décerné le 12 juin 2018 à Las Vegas pendant la World Tea Expo.
En la recevant le 14 avril, je l'avais étudiée et sur 19 nommés, j'avais repéré 4 Canadiens
- Dan Bolton, éditeur du Tea Journey Magazine (le dernier numéro date de l'automne 2017)
- David Segal, qui a lancé sa marque en 2008 et l'a quittée en 2016)
- Kevin Gascoyne, co-propriétaire de Camellia sinensis 
et Louise Roberge, présidente de l'Association du thé et des tisanes du Canada,
qui fait monter à 5 le nombre de femmes sélectionnées:
 Babette Donaldson
 Jane  Pettigrew
 Louise           
 Abigail St.Clair
 Maria Uspenski
Bonne chance à toutes et à tous.

18 avril 2018

Pavlov?

Mon circuit de la récompense est faussé.
Je sais que je joue trop.
Quand je jouais à Jewels, j'ai développé une tendinite à l'épaule droite. Pas question de retourner attendre à la clinique pour une prescription d'anti-douleur.
J'ai cessé tout jeu basé sur la vitesse et nécessitant la souris ou les flèches du clavier.
L'écran tactile du pad fatigue moins. Le bras et la main mais c'est dur sur le cou.
Je ne joue donc que debout pour que les pieds, les mollets, le dos et le cou me forcent à m'éloigner de l'écran, le thé refroidi ne suffisant pas.
Or, depuis que j'ai Vesta, ma récompense est double: chaque partie réussie est couronnée d'une gorgée de thé à la température parfaite.

Le fond de la tasse est bien vite atteint.
Et sans ma gorgée parfaite, je me lasse rapidement.





01 avril 2018

Oeufs de poisson

Embarras de richesses ou d'une pierre deux coups: Pâques le 1er avril! 
Quelle occasion de caviarder s'amuser avec une théière en chocolat (une très belle, une plus accessible).
Plus fonctionnelle, y faire du thé
https://iletaitunepub.fr/2014/09/theiere-entierement-constituee-chocolat-noir-nestle/


Se méfier des offres "spontanées" de préparer le thé, surtout avec un sachet.

23 mars 2018

Oh oh!

Le 1er mars, la circulaire électronique de CS 
me relançait à la poursuite des nouvelles concernant Darjeeling. Je m'étonnais de voir déjà du FF 2018 offert par de grandes maisons européennes comme MF dans son courriel du 3 mars.
En consultant le site, seulement 3 de ces thés étaient de 2018.
À la mi-mars, FXD avançait une explication en plus d'exposer ce qu'il n'avait jamais vu en une décennie. J'aurais tant aimé que ce soit KG qui témoigne, lui qui visite Darjeeling depuis 25 ans! 
Mais il ne part que le 28 mars.
Et c'est pour faire place à ce qu'il jugera intéressant que CS, sans préciser l'année ni même insister sur le caractère exceptionnel - d'un point de vue politique - de la récolte 2017, octroie pour une semaine un rabais sur tous ses FF.
rabais du 22 au 29 mars
Personnellement, je préfère les 2nd F et ce ne sont pas ces qualificatifs
acide minéral souple huileux humble franc
qui me pousseront à l'achat. Ceux qu'a trouvés Sébastien dans son jeu de mots sont plus appétissants, enfin, pas tous.

22 mars 2018

Ô eau!

L'eau est la mère du thé.
Je me rappelle les discussions animées à son sujet sur Teamail: bouteille, robinet, filtre, pichet, chacun y allait de sa préférence, de ses conseils. J'avais même recueilli de la neige, de la pluie, avant de conclure que celles du nord ne valaient rien pour infuser le thé. 
Je me souviens qu' il y avait deux sources où mon père arrêtait remplir ses bidons de verre à l'occasion et cette eau était notre étalon pour évaluer les autres: celle de notre ville était réputée trop chlorée, celle chez ma tante M à quelques kilomètres était bien meilleure et, curieusement, plus froide même en été.
Ici l'eau est réclamée glacée, celle du robinet l'est assez pour moi en hiver. Dans les consignes "en cas de catastrophe", les différents paliers de gouvernement nous recommandent de garder, en tout temps, suffisamment d'eau embouteillée pour 48 heures. 
Ce que nous avons fait à l'automne 2014, quand il y a eu un avertissement de faire bouillir l'eau avant de la consommer dans un arrondissement voisin.
Deux ans plus tard, constatant que les bouteilles de 500 ml avaient commencé à se creuser, j'ai décidé de les employer avant d'en racheter une nouvelle caisse.

20 juillet 2016 matin

21 juillet 2016 pm









sans me presser
kécéça? 23 juillet 2017
Je viens de les finir en février 2018: je n'ai pas repéré d'autres résidus dans les bouteilles mêmes, mais le thé est toujours aussi fade et la tasse aussi dégoûtante au fur et à mesure que je bois.
dans la théière de verre

à peine versé dans la tasse home
après une demi-heure dans la tasse home
à peine versé dans Vesta

il a fallu frotter Vesta au tampon récureur
J'ai poussé le test jusqu'à le faire avec de l'eau de la nouvelle caisse, achetée le 14 mars, me disant que, plus "fraîche" ou du moins, embouteillée depuis peu, le thé se ressemblerait plus. 
home pleine

home vide

Vesta presque vide

Vesta vide. Récureur!!!

Non.

















Nous étudions la solution "eau congelée" mais il reste toujours le problème du plastique, présent partout semble-t-il.

Nonobstant la santé, il reste le goût, celui du thé aplati par l'eau embouteillée. 
Ils trouvent qu'elle est meilleure dans les ruisseaux, les wadi! C'est dégueulasse! J'ai vu des jeunes vider des bouteilles d'eau potable à terre pour aller les remplir dans les ruisseaux bruns! “Ton eau is not good! Elle goûte rien!”
5 balles dans la tête de Roxanne Bouchard 2017 Québec Amérique

14 mars 2018

Printemps dans une semaine?

J'ai laissé un verre à thé glacé dehors depuis l'automne.
14 mars 2018
9 mars 2018
7 mars 2018
20 décembre 2017

02 mars 2018

Tu ne convoiteras point

The full A-Z 10p coin collection is here but due to huge crowds flocking to see the new collection you may have to wait an hour in a queue to even get on to the website.
 En effet, il y a queue ne serait-ce que pour voir ces nouvelles pièces de Royal Mint.
Je crois qu'il vaut mieux que j'abandonne l'idée de me procurer celle-ci:
 The second most used letter in the English language is 'T' so these coins are likely to be popular
surtout avec de telles prévisions sur leur valeur.
https://www.thesun.co.uk/money/5699590/10p-a-z-coin-most-valuable/


28 février 2018

Couleurs

J'ai dû utiliser le plus robuste de mes supports à livre pour celui-ci
Les couleurs du thé de Christine Dattner 2014
que j'ai emprunté en pensant aux si beaux voeux de Vanessa. Et pour faire plaisir à la bibliothécaire qui l'avait choisi pour moi, et pour éventuellement comparer avec les deux précédents que je possède de cette "créatrice de thé" comme le dit la 4e de couverture.

Il fut un temps où ce grand format, ce stylisme et ces photos pleine page m'auraient suffi, je ne lisais pas l'introduction, ni la bibliographie. Alors que maintenant, je tique quand elles sont absentes, comme ici. Je bronche aussi quand il y a des tisanes dans le sommaire, quand les annexes ET les remerciements ne sont que de bonnes adresses, quand on écrit de Marco Polo qu'il serait le premier Européen à décrire le thé au 13e siècle. J'applaudis quand on crédite aussi Bombay dans la dot de Catherine, et aussi en découvrant un nouvel ancêtre au samovar, le skipeïnik... qui ne génère aucun résultat dans gg, un exploit. De nouvelles versions sur l'origine de l'Earl Grey, du thé au lait, du Wu Long.

Pour ceux que ça intéresse: 25 recettes, réparties par couleur.




25 février 2018

ça glisse

En 2012, je prenais mes notes de lecture à la main et les transcrivais dans OO avant de les archiver une fois de plus dans Drive. Je trouvais plus naturel de faire des flèches, d'entourer, de souligner une, deux, voire trois fois quand les points d'exclamation dans la marge ne suffisaient pas. Je croyais aussi, bien naÏvement, que je me souviendrais plus durablement de mes découvertes et indignations en les écrivant, nenni!
Je tape donc directement sur le portable, d'autant plus que les livres sont maintenus ouverts devant moi. J'ai pu croire que ce serait plus rapide, or il n'en est rien car dès qu'un doute, soulevé par une lecture lointaine sur l'actuelle, se pointe, je cherche dans mes fichiers OO ou sur le Net, ce qui peut confirmer mon vague souvenir ou les propos de l'auteur. C'est passionnant dans un sens et dans l'autre, seulement ça multiplie le temps de lecture, indirectement comparée, par deux ou dix. 
Et je n'ai pas encore fixé mes points de repère: qu'est-ce que je mets en majuscules, en italique, en gras? si je surligne? de quelle couleur pour erreur flagrante? faute de frappe? de date? quand ajouter un commentaire en marge, sachant qu'il ne suivra pas dans Drive?
Ayant conscience des difficultés liées à la rédaction et à l'édition d'un texte, subodorant celles de la publication, j'ai toujours une bonne dose d'indulgence à touiller dans les pages d'un livre sur le thé.
Celui-ci, 
L'heure de véri-thé d'Arnaud Bachelin
par son titre, son format et sa couverture, pourrait être un roman. À ne pas lire dans le métro car le maintenir ouvert exige un effort considérable, surtout d'une seule main.
L'ayant lu confortablement, je l'intitulerais franchement L'archéologue et le thé. La formation d'Arnaud Bachelin, qui s'intéresse au thé depuis une dizaine d'années, le fait établir des liens insoupçonnés entre les styles comme celui de la Brown Betty et de la Yixing, mieux encore entre le samovar et l'authepsa. Il est fier de ses racines au point de commencer son livre, sans préambule ni introduction, par elles. 

C'est dans la conclusion que se trouve le but de l'auteur: nous divertir. Ah. Il y a donc un index des 22 recettes en plus de la table des matières, mais aucune bibliographie. 
J'ai apprécié qu'il consacre tout un chapitre à Robert Fortune, même s'il a d'abord déploré qu'aucune correspondance n'ait été échangée entre lui et Guillemin, mais qu'il aille jusqu'à lui décerner le titre de "père du thé" aux Etats-Unis me paraît excessif. Et insuffisant le rôle qu'il attribue à Catherine de Bragrance: ce ne serait que sa consommation de thé et les porcelaines dans ses bagages qui auraient popularisé la boisson en Angleterre, il passe sous silence Bombay dans sa dot, qui a grandement facilité le commerce anglais.
Il a su dénicher des apports français au commerce (contrebande), à la diffusion (Michaux) et à la culture (salons imitent cafés) du thé, comme il a su se taire sur la position de la France en matière d'alcoolisme, de féminisme et d'esclavage.
En plus de 6 accords thé-fromage minutieusement décrits, il fournit une recette du tout récent cheese tea qui fait fureur en Asie et déferle sur le monde à présent. Ce jeune archéologue connaît les dernières tendances.

04 février 2018

ça roule

Après ces trois livres sur le thé japonais, j'avais grand'hâte de lire ce roman (commandé le 6 novembre, reçu le 27 décembre)
Le pavillon de thé de Richard Collasse 2017 Seuil
que La théière nomade a commencé avec ravissement fin novembre, tenté de reprendre peu après mais il y avait trop de sel, bref je n'ai jamais su ce qu'elle pensait de la fin, très japonaise. Normal puisque le héros, Français, habite au Japon pendant les vingt ans que couvre le roman, des années 60, quand il suit les cours d'Urasenke, aux années 80, quand il officie son dernier chanoyu.
Les détails sur la cérémonie abondent et faisaient écho à mes récentes lectures: les "mains en coque" me rappellent que ce ne sont pas des feuilles d'érable, Fukukita se fait contredire sur l'harmonie qu'il prétend régner entre les différentes écoles
Quand, fier de son emplette, il montra l'ustensile à Maître Sakurai, elle le prit du bout des doigts puis le reposa sur le tatami en sifflant dédaigneusement:
-Ça, c'est pour les Omotesenke, ce ne devrait même pas passer le seuil de ma classe! 
et quelques noms pour collectionneurs/adeptes 
...C'est plutôt dans le Kyushu qu'on retrouve l'influence coréenne, comme la céramique Karatsu de Saga.
 - J'ai un ou deux bols de style Karatsu. Vous connaissez le vieil adage: "En premier le style raku, en second le Hagi et en troisième le Karatsu." 
me font regretter que le catalogue d'exposition soit épuisé.
Je relirai volontiers les chapitres sur la cérémonie nocturne du 5 au 6 janvier 1986 ainsi que la construction du pavillon en 1968.





28 janvier 2018

Allez hop

En tête, sinon je ne m'autorise aucune acquisition.
Ni emprunts.
Je commence par les trois derniers livres lus, empruntés à la Grande Bib en novembre, renouvelés jusqu'à la limite, pas photographiés, il faudra donc que je les décrive alors qu'une photo de groupe aurait tellement parlé.
Ils traitent tous du thé japonais et bien sûr, il y a des recoupements. J'insisterai donc sur les différences.
Le plus récent (2015 Chêne) , le plus grand, le plus lourd (1 kg de papier glacé) a été commandé par Maki Maruyama, directrice de la maison Jugetsudo à Paris, à l'auteure gastronomique Chihiro Masui. L'éditeur du Chêne le présente , mais je préfère la tournure du client .  Les thés japonais sont tous présentés, ceux de la maison détaillés. Toute infusion est cha au Japon, sauf les herbes médicinales chinoises qui ne sont pas considérées comme des boissons. Les amateurs de cuisine, surtout japonaise, sont servis: les recettes avec du thé occupent 100 pages, texte à gauche, photo pleine page à droite, plus deux pages de recettes de base - comme la cuisson du riz - à la fin. Mon chapitre préféré, celui de la préparation, commence à la page 103 et détaille, photos à l'appui, le type de théière et de "tasses" pour chaque famille de thé, en plus des habituelles températures et quantités pour chacune, et s'achève sur la "cérémonie du thé", telle que pratiquée à Jugetsudo, qui ne s'identifie ainsi à aucune des grandes écoles. Par deux fois dans ce livre, une grand-mère est citée pour nous rappeler de garder la main fermée: ce n'est pas une feuille d'érable. Il n'y a aucune bibliographie et le carnet d'adresses se limite à celles des boutiques J à Paris (1) et au Japon (6), 4 points de vente, 2 pour les pâtisseries et ingrédients japonais à Paris, et 6 au Japon pour les objets du thé.

Le plus âgé (1965) et le plus petit (format poche) se consacre, ainsi que son titre Tea Cult of Japan le clame, à la cérémonie du thé, donc au matcha, dans sa version légère ou épaisse. Le Japan Travel Bureau le publie depuis 1935; Fukukita enseigne aux étrangers l'art du chanoyu et a rédigé cette 9e édition pour les touristes. Les pages sont bien remplies, (maintenant jaunies), les photos sont nombreuses quoique petites et plus souvent en noir et blanc, les détails abondent. Le lectorat visé serait plutôt les étrangers séjournant quelques mois ou années, ou planifiant un tel voyage. Le chapitre historique se termine sur les écoles: les trois fils de Rikyu en ont chacun développé une, l'harmonie règne entre elles selon l'auteur, qui en nomme trois autres établies par des seigneurs. Il ne précise donc pas l'école en décrivant minutieusement toutes les étapes d'un léger usucha, depuis l'invitation, une semaine avant, jusqu'aux remerciements, dès le lendemain. Il propose ensuite des versions plus familiales, indiquant toujours comment l'étranger novice doit se comporter (apporter ses serviettes de papier, prendre au moins une gorgée même si l'aspect du thé répugne, admirer les objets, questionner, ...). Il passe ensuite au sérieux koicha, servi lors d'un kaiseki, qui dure 4 heures. À cette époque (années 60), les invités pouvaient fumer entre les étapes mais devaient éteindre dès que résonnait le gong les invitant à revenir sur les tatamis. Il souligne les différences entre l'usucha et le koicha: vieux théiers, un seul bol pour tous les invités, la boîte à thé sera en poterie, souvent ancienne, et conservée dans un étui de tissu précieux, qui sera aussi examiné par les participants. Il enchaîne ensuite sur de nouvelles façons de procéder, dans un salon moderne par exemple, sur une table, avec des chaises, pour accommoder les vêtements occidentaux ou éviter de se déchausser. La bibliographie énumère 11 livres, sans aucune année de publication.

Encore plus centré sur le matcha et sa cérémonie, le catalogue d'exposition publié par les presses de l'université Yale en 2009 est un ouvrage rigoureux, minutieusement recherché et si riche d'informations que j'ai fini par me demander pourquoi j'avais tant de mal à le traverser. Voici la seule photo que j'ai pensé à prendre pour illustrer mes difficultés, physiques, quand je les ai identifiées.


Tea Culture of Japan: Chanoyu, Past and Present
Les pages sont grandes mais laissent beaucoup de blanc, de très larges marges du côté de la gouttière et à peu près rien au centre, où il faut presser pour réussir à lire la fin des lignes, ce qui fait souffrir la reliure et le lecteur. Le seul livre qui m'ait fait regretter qu'il ne soit pas électronique, me laissant décider de la taille de la police, me permettant d'appuyer sur un mot pour obtenir sa définition et de surligner les passages pour les annoter. C'est donc un mémoire une thèse le premier catalogue en anglais d'une exposition consacrée à la cérémonie du thé et à 96 objets, anciens et modernes. Quand trois chasaku anciens sont comparés, celui de Rikyu est le plus foncé, le plus mince et le plus léger, chiffres à l'appui. Le glossaire en anglais inclut le mot en caractères japonais, comme la bibliographie "pour aller plus loin" offre des ouvrages de référence en anglais ainsi que des livres en japonais.