20 octobre 2016

11 ans


J'ai commandé deux nouveaux livres de théières (usagés, transport plus cher que les livres eux-mêmes) 


mais je ne les ai pas attendus pour commencer à cataloguer mes théières. 
Inutile de chercher un logiciel, ou d'acheter un nouvel appareil-photo,que des retards encore, il fallait agir, avec ce que j'avais déjà chez moi. J'ai tout de même fabriqué une boîte à lumière, que je n'ai pas exploitée suffisamment bien pour que les photos soient plus satisfaisantes que celles déjà réalisées au fil des ans, à lumière naturelle, sans flash.
J'ai ainsi constaté que chercher dans les milliers de photos accumulées dans Picasa depuis août 2006 - eh oui, ce cher appareil numérique a plus de dix ans - grugeait un temps fou.
Leçon: légender les photos, utiliser les mêmes mots clés, multiplier ceux-ci car la mémoire des mots-clés diminue aussi avec le temps.
En retrouvant un album photo papier, non daté!, - alors que je cherchais la boîte contenant les autres bols assortis à cette théière
photo de 2011, à la réception
pour savoir s'il y en avait 2, 3 ou 4 - j'ai aussi "retrouvé" le souvenir de théières remisées*, reste à savoir où.
Or, voici l'important: les souvenirs attachés à l'objet sont encore là et ce sont eux que je note, au stylo, dans un cahier où je colle des photos imprimées sur papier bond, et même des tirages de 35 mm d'avant 2006.
Ça gondole, 

ce n'est pas calligraphié, ni égal, mais je me sens bien quand je tourne la page, qui pourra éventuellement accueillir les détails techniques chers aux musées et aux encanteurs. 
Je tergiversais depuis des années, jonglant avec les catégories qui se recoupent, la chronologie d'acquisition, d'utilisation et puis voilà, j'ai commencé avec celle qui me sert tous les matins depuis 3 ans, un tea-for-one, j'ai continué avec l'autre égoïste qui sert tous les après-midi depuis que le précédent solitaire, qui a servi quotidiennement pendant six mois, a eu son filtre brisé. Ce sont ces tranches de vie de mes théières que je veux coucher sur papier. 
Et après trois tea-for-one, j'ai continué avec les autres - sauf celui-ci*, dont je n'ai que la photo pour l'instant
la tasse seule a été cassée, tout est à la retraite. Où?
mais qui se trouve sûrement qq part dans la maison - croisant quelques tea-for-2, poursuivant avec les tea-for-3, 4, 6 (j'en ai plus que je l'admettais), notant au passage ceux pour enfants qui seront traités ensemble.
Je veux boucler l'inventaire cet automne, le cahier ne suffira pas, je pensais aller en acheter d'autres pareils s'ils existent encore mais je vais plutôt utiliser les laissés pour compte qui abondent. Tant pis pour le format différent. Celui-ci contient les théières utilisables, y compris les mal conçues, les malcommodes, les usées/brisées, pour un total de 85. Ou serait-ce 87?
Je me suis fait ce cadeau pour souligner les 11 ans de ce blogue, (je m'en remercie sincèrement). Je compte bien poursuivre assidûment après l'anniversaire avec les mesures complètes, les services pour enfants, les miniatures, les décorations, les bijoux, les boules à thé,... et qui sait, une base de données?ou un site accueillant comme Librarything l'est pour les livres?

2 commentaires:

Thé noir a dit...

Un si bon article sur le bris d'une théière https://www.teabox.com/blog/broken-teapot

Vanessa V a dit...

11 ans! Bravo, bravo pour ces parcelles de vécu que connaissent tes théières. C'est effectivement un travail de fourmi. Et il s'agit d'une véritable collection d’ustensiles!