26 mai 2014

Lis là


Le lilas embaume en ce moment. Nous n'avons plus besoin de chauffage depuis, oh!, deux grosses semaines. Et nous n'avons pas encore besoin de climatiser. Ce temps idéal dure peu, il faut en profiter. Je viens de recevoir ces livres.
Homegrown Tea, commandé après le billet d'Angela, me rappelle que j'ai repéré sur le net un vendeur de Camellia sinensis tout près d'ici. Dans des pots de 6 pouces, il me semble que je peux espérer une plante d'une taille plus sérieuse que les trois boutures reçues en 2011. Cassie Liversidge consacre les 16 premières pages de son livre au CS: elle y parle du terreau idéalement acide, du bouturage possible, et surtout, comment cueillir et traiter les jeunes pousses pour obtenir du thé blanc, vert ou noir. Les photos montrent là une marguerite, ailleurs un tapis à sushi, les textes précisent 6 feuilles pour le vert, beaucoup plus que le thé commercial pour le thé noir. Elle est aussi précise pour les 32 autres feuilles, graines, fruits et fleurs dont elle détaille la culture, la cueillette, la conservation et l'infusion.
Je n'ai nulle intention de me lancer dans la vente de thé mais quand TChing m'a appris, le 19 mai, l'existence de ce livre publié en 2013 par les fondateurs de HonestTea, je l'ai commandé aussitôt, ayant gardé un bon souvenir de La république du thé: de l'idée à l'entreprise. La BD n'est pas mon genre favori, j'ai pourtant confiance d'y apprendre quelque chose.


Ainsi que dans le roman The Tea Planter's Son. Déjà, le lexique anglo-indien qui le précède contient des nouveautés, pour moi, comme French letters et Marie Curie nurse. Oups! Les titres des 88 chapitres me laissent subodorer une autobiographie romancée. D'ailleurs, le livre se termine sur "To be continued" et non pas "The End".

Aucun commentaire: