31 décembre 2012

Bilan

Improvisé. Incomplet.
J'ai fini mes Darjeeling de Boston Tea Campaign et mon Famous Five de Tea Trader. Il me faut attendre un réchauffement local pour en commander de nouveaux, les trois prochains mois pouvant les exposer à des gels/dégels au cours de leur expédition.
J'ai épousseté et redéployé ma collection de théières.
J'ai acheté peu de livres de thé, récemment ces trois-là, tous désirés grâce aux partages de Francine sur son blogue.

J'en ai acheté un pour ma fille, convertie au thé à son premier afternoon tea à Londres en 2011, et qui s'apprête à y retourner trois semaines. La critique d'Angela augurait que ce livre, écrit par une Britannique fière de l'être, lui plairait... ce qui est effectivement le cas.
 

J'ai maintenu à jour mes différentes cartes du thé (colonne de droite).
J'ai étrenné une théière de 2011 pendant mon tsunami personnel en septembre.
Les théiers n'ont guère progressé.

Je n'ai pas encore ouvert* ces boîtes de Tetley Éveil et Corsé (Perk & Bold).

Je n'ai aucunement avancé le catalogue de mes théières, pas plus que leurs miniatures respectives.
Je n'ai pas mis au propre les notes prises au cours de mes lectures de l'été 2011, ce que  je prévoyais faire durant celui de 2012.

*2 heures plus tard: j'apprends que ma fille s'estime insensible à la caféine, que ce soit en prenant un thé le soir ou des boissons énergisantes au travail (elle n'est pas accro à ces dernières, qui ont un goût de pneu, selon elle) et a donc droit au premier sachet corsé. Seules deux gorgées prises à la bonne température lui ont plu. Même si c'est du orange pekoe, les thés du mélange ne viennent pas de Ceylan mais du "Kenya et du nord de l'Inde". Posted by Picasa

30 décembre 2012

Des goûts

et de la neige il ne faut discuter, surtout après la "tempête du siècle". Le 21e siècle est encore trop jeune, me semble-t-il, pour qu'on attribue ce genre de titre à quoi que ce soit, mais c'est une excuse idéale pour justifier qu'il ait fallu plus de 48 heures pour dégager la rue qu'empruntent les camions de déneigement pour se rendre au fondeur à neige, un exemple parmi d'autres.
En revenant d'affronter les rues de Montréal en autobus par un froid canadien, j'ai infusé le Caramel salé de David's tea.

J'aurais pu aussi prendre le thé des écrivains anglais, qui offre, à l'ouverture de la boîte, un parfum de... rhum au beurre. Il n'y a pourtant aucun alcool dans ce mélange.

Celui pour qui j'ai acheté du triple ch (chaï au chili chocolaté) a accepté d'y goûter avec sa fille, qui l'aime déjà, en ayant même chez elle. 

Elle repartira avec le sachet, le Ch Ch Ch n'ayant pas eu l'heur de plaire à l'amateur de chocolat et de piment.
Posted by Picasa

28 décembre 2012

Coûte que coûte

les théiers Si, Nen et Sis dans la fenêtre est
Est-ce la tempête qui a fait rage hier?
 
ROO... non, pas rooibos. Romarin, Olivier, Oxalis au sud
cacti au sud
colibri au sud
   Est-ce la remontée de la pression atmosphérique? 
Toujours est-il que les scotomes annonciateurs de migraine se sont pointés à 22h20.
Le thé de ce matin a raplombé ce que la nuit n'avait pas suffi à guérir.
Posted by Picasa

27 décembre 2012

Vaille que vaille

J'avais l'intention de ne remettre les théières en place qu'à la toute fin des travaux. Or même s'il reste ceux d'électricité, je dois pourtant  libérer le lit dont aura besoin notre fille durant les quelques jours qu'elle passera ici avant et après Londres. J'ai déjà empilé les livres de thé sur leurs étagères pour dégager le divan et je viens de passer deux jours à laver, épousseter et replacer les théières. Tout comme je me le suis demandé pour les livres - ordre alphabétique? chronologique?  parution, acquisition ou  lecture? sujet, en plus du thé?- je me demandais comment les agencer si ce n'est en dégradé de couleur. Achats vs cadeaux reçus? Utile vs décoratif? Où classer l'utile qui devient uniquement décoratif à sa retraite? De la première à la plus récente? Ouille, la mémoire me manque entre les deux.  Exercice stimulant pendant que je rebranchais une lampe,

changeais l'ampoule d'une autre,

éliminais quelques théières ayant perdu leur raison d'être là, intégrais les nouvelles venues

- bec à droite, à gauche? besoin d'une boîte à thé dessous? que contient celle-là? 

 C'est si plaisant à regarder, une fois fini, pourquoi ne pas prendre la résolution de le faire annuellement?
Posted by Picasa

25 décembre 2012

24 décembre 2012

Voici le Père Noël



C’était il y a longtemps, dans un autre siècle. Le Père Noël se faisait de plus en plus vieux, ses rennes aussi et pourtant, le nombre d’enfants à qui apporter des étrennes ne cessait de croître.

Heureusement pour le bon vieillard, chaque enfant dans le monde était convaincu qu’il abattait cette besogne en une seule nuit, sans qu’aucun d’entre eux ait l’idée de vérifier sur les calendriers étrangers où ils situaient Noël. C’est grâce à ce décalage de LA fameuse date que le Père Noël était arrivé jusque là à suffire à la tâche.

Mais les statistiques, les prévisions des économistes et les rhumatismes du Père Noël s’entendaient sur ces points : la population ne ferait qu’augmenter... et le Père Noël finirait par s’éreinter. Il fallait trouver une solution, aussi géniale que les dates différentes selon les pays (si longtemps après, il s’en félicitait encore, le brave bonhomme !)

Le plus facile était de persuader les enfants plus âgés qu’il n’existait pas. Ça lui faisait bien un pincement au coeur d’entendre les adultes affirmer qu’il n’était qu’une légende- les plus gentils ne le faisaient qu’entre eux et les moins délicats essayaient cruellement auprès des tout-petits -  et il ne leur apportait d’ailleurs rien mais justement, ça lui allégeait la tâche. Alors, les grands enfants ? ? ?...

Non, il ne put s’y résoudre.


Quoi d’autre ? Sous-contracter peut-être ? Après tout, les facteurs, quand ils apportent de belles cartes et de gros colis, sont presque accueillis comme le Père Noël. Il suffirait de leur apprendre à passer par les cheminées plutôt que de sonner aux portes.

Oh oh ! le Père Noël se rembrunit juste à l’idée d’affronter les syndicats de postiers du monde entier. Non, il n’y avait que lui pour incarner le Père Noël.


Le Père Noël commençait à désespérer, alors laissant là sa feuille biffée, il se versa une nouvelle tasse de thé dont la chaleur le réconforta. Détendu, il contempla le globe terrestre sur sa table de travail. À travers les volutes dansant sur son thé, les bleus et les verts de la Terre se confondirent, elle devint neigeuse comme une boule de cristal. Y apparut alors l’image, d’abord floue puis de plus en plus précise, d’un homme qui semblait la réplique en civil - et en plus jeune - du Père Noël.   
                                                                                               
                                                                   
 ¨Henri !¨ s’exclama le Père Noël. Il avait reconnu Henri Menier, l’homme du chocolat. Il l’avait rencontré quelques années plus tôt, pendant ses vacances en mer. C’était un des rares adultes à croire encore au Père Noël et celui-ci, flatté, avait exaucé un de ses voeux les plus chers : une île !


Celle-ci se trouvait dans le golfe du St-Laurent, un endroit superbe au sud-est du Canada, et s’appelait Anticosti. Le Père Noël avait toujours gardé un oeil, bienveillant il va sans dire, sur Henri et son île. Il savait donc qu’Henri y avait introduit des cerfs et que ceux-ci s’étaient multipliés de manière phénoménale, excédant la population humaine, vraiment très réduite par rapport au territoire.


Le Père Noël se frotta les mains de satisfaction : c’était LA solution parfaite. Aucune réduction de cadeaux aux enfants mais plus de confort pour lui-même. Donc, en installant une succursale à l’île d’Anticosti, il pourrait desservir les deux Amériques rapidement et efficacement puisqu’il serait plus près et qu’il pourrait changer de cerfs autant qu’il serait nécessaire pour ne pas épuiser les courageuses bêtes.


Bien sûr, Henri Menier accorda au Père Noël un emplacement exceptionnel sur Anticosti et le libre usage de tous les cerfs de l’île.

Pour célébrer cette glorieuse installation, sans la crier sur les toits, Henri conçut un moule et distribua aux petits Anticostiens les premiers Père Noël en chocolat. Sa fortune, déjà considérable, se décupla... sans que le Père Noël y soit pour autre chose que sa forme en chocolat !


Il n'y a qu’à Anticosti que les enfants confondent le Père Noël et Henri Menier, 

mais c’est pour mieux préserver sa cachette, que le reste du monde situe au Pôle Nord. Il se peut qu'il ait ouvert de nouveaux centres de distribution ailleurs sur la terre, pour des raisons d’efficacité et de santé, mais celui d’Anticosti demeure son lieu de prédilection en Amérique.

(c)KH 1994-2012
Note: j'ai déjà offert ce conte en 2007, pour un temps limité. Avec ce qui se passe à Anticosti, je me décide à le diffuser pour de bon.
 







Voilà le Père Noël

Nous n'achetons pas nos thés qu'en quincaillerie. En me rendant à la librairie, j'ai pu constater une grande différence avec ce qu'elle offre en ligne. 
Les thés des écrivains y sont revenus, tout frais. Et cette maison Faguais, malgré qu'elle soit centenaire, est nouvelle pour moi. 
En novembre, j'avais acheté une boîte de Darjeeling Kusmi dans un petit café au métro Sherbrooke, qui était loin de tenir toute la gamme. Tout près du restaurant péruvien où nous allions souper, la boutique Kusmi était encore ouverte et il a pu sentir et choisir lui-même un thé au chocolat.
Faguais 1912, Kusmi 1867/1920, Thés des écrivains 1999
Autre différence entre la librairie en ligne, où je ne trouvais pas l'album du musée Guimet sur l'exposition en cours, et le magasin où j'en ai repéré trois exemplaires. Trop tard: je l'avais commandé à Amazon fr et reçu début décembre... de UK?!?

J'ai très peu magasiné en personne cette année, alors pour me tenir au courant des tendances, j'ai feuilleté les circulaires qui arrivent en quantité à notre porte. Malgré leur apparence similaire, il ne faut pas confondre bouilloire électrique et mousseur à lait.
mousseur à lait, coin inférieur gauche. bouilloire programmable au centre.
 Comme théière programmable, je n'ai aperçu que la Cuisinart à l'approche de Noël. Je me souviens avoir vu la Breville plus tôt dans l'année.

Pour que WM en vende, il faut que les bouilloires électriques en céramique soient à la mode. Ne pas confondre avec son voisin le percolateur.

 Et ces "systèmes d'infusion" font écho aux godets des différentes marques qui occupent à présent plus d'espace sur les rayons du supermarché que les boîtes de sachets de thé et tisanes.


En plus de conclure que les théières en verre sont encore dans le vent, elles sont d'un prix raisonnable, comparé à celui des cafetières ou machines à espresso.

 Il y avait aussi du thé dans les circulaires, en godets et sachets surtout,

mais aussi en feuilles, si la curiosité pousse jusqu'aux "aliments naturels" et au-delà du coffret.

Enfin, si les ti-culs sont encore hockey, les princesses sont-elles encore thé?
Rien vu dans les circulaires de la chaîne de jouets, repéré ce service à thé en porcelaine à décorer dans celle du matériel d'art

et  un vrai jouet, en plastique, bien rose, pour servir les poupées et les nounours, chez WM.
 
Posted by Picasa

23 décembre 2012

23 décembre

Dans son calendrier de l'avent, l'ONF vient encore de nous servir un court métrage présentant le hockey comme passion de gars, dans Les troubbes de Johnny (1974) où les gars sont rendus des hommes. Le 21, c'était Le violon de Gaston (1974) qui mettait en vedette le sport national. Le 15, il l'était dans Le chandail (1980). Prix de consolation: j'y ai repéré une théière, pour illustrer le fait que "Monsieur Eaton est un Anglais" (alors qu'il est né en Irlande de parents écossais).
The Sweater - Le chandail de hockey, narrateur Roch Carrier
 Ces films datent de plus de 30 ans. Les ti-culs sont-ils encore mordus de ce sport? Cet article me dit que oui, du moins quand les professionnels ne sont pas en grève.
 Posted by Picasa

21 décembre 2012

Le bonhomme de neige

...les enfants courent triomphants...
 Ceux qui ont su que leur école était fermée, pour cause de tempête.. On nous en annonçait une bonne, un pied de neige parfois mêlée de pluie selon les régions. Chouette! j'allais enfin pouvoir refaire une théière, si la neige était assez collante.

théière de décembre 2007, la neige était trop poudreuse pour les détails
  Trois heures plus tard, les prévisions sont révisées, à la baisse, presque rien, juste de quoi tremper ses bottes en pelletant. En buvant mon thé, infusé avant de sortir et donc juste à la bonne température à présent, j'ai une bonne pensée pour tous les conducteurs qui doivent affronter les routes aujourd'hui.
J'en ai même une pour les météorologues - ah, l'effet lénifiant du thé chaud.
Posted by Picasa